La Commission de conciliation et médiation (CCM) se retrouve sous pression intense des syndicats de l’industrie sucrière faisant partie du Joint Negotiating Panel dans le cadre du litige déclaré avec la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA). Les représentants des syndicats ont rejeté une proposition du Pr V. Torul, président de la CCM, en vue d’une extension jusqu’au 3 octobre de la date limite avant de confirmer officiellement le deadlock dans les négociations en vue d’une révision salariale de 40 % en faveur des laboureurs et des artisans de l’industrie cannière.
La CCM prévoit aujourd’hui une séance de travail avec des représentants de la MSPA. Ces derniers, qui n’ont pas été flexibles avec leurs contre-propositions de 8,5 %, pourraient être appelés à modifier légèrement leur position dans une tentative de sortie de crise.
Les représentants de l’Union of Artisans of the Sugar Industry, de la Sugar Industry Labourers Union, de l’Artisans and General Workers Union et de l’Organisation pour l’Unité des Artisans, réunis sous le Joint Negotiating Panel, ont adopté la ligne dure lors de la séance de la CCM hier. Ils ont maintenu que la CCM agit de façon Ultra Vires en repoussant les échéances au-delà des limites autorisées dans la loi. D’ailleurs, en fin de semaine dernière, le JNP avait fait servir une injonction à la CCM à cet effet.
« We wish to inform you that the CCM is duty bound to produce its Report in accordance with law, given that the JNP, as a party to the above Labour Disputes, has not agreed for any extension of the conciliation and mediation period. It is in this context that we are attending the present meeting », soutiennent les syndicalistes dans une correspondance officielle.
Plus loin, le JNP ajoute que « we wish to reiterate the stand of the JNP stated in the last hearing, confirmed in our letter dated 12 September 2014 and the Legal Notice, that JNP is NOT agreeable to any extension of the period of conciliation, as from the 19th September 2014 ». Ainsi, le souhait exprimé par le Pr Torul pour un nouveau délai jusqu’au 3 octobre est tombé dans l’oreille de sourds. Les syndicalistes ont fait comprendre que dans la conjoncture les laboureurs et les artisans de l’industrie cannière, qui se réuniront dimanche en assemblée spéciale, décideront de la marche à suivre par rapport à des actions industrielles pour « ramener le patronat cannier à la raison ». Les principales demandes syndicales sont axées sur une révision salariale de 40 %, un seuil de 20 % pour les emplois saisonniers dans l’industrie cannière et un lopin de terre pour une construction résidentielle pour tout employé partant à la retraite.
Répondant aux arguments de la MSPA quant à la « capacity to pay » des compagnies sucrières, le JNP affirme que « the outcome of the two successive reforms has resulted in new form of surplus and wealth generation of sugar companies. Labour has known a salary re-adjustment of 20 % plus during the period of 2010 to end of 2013. In contrast, most of the wealth generation indicators of the sugar companies’shareholders have known tremendous growth. Either dividend distribution or assets accumulation have substantially increased ».
Dans un document, le JNP avance que de 2010 à 2013, la distribution des dividendes a augmenté de 38 % alors que les Net Assets per Share ont connu une croissance de 61 %. Au cours de la même période, les dividendes de Terra ont enregistré une amélioration de 14 % et un bond de 86 % dans les Net Assets Per Share ; les profits d’Alteo ont augmenté de 112 %, les dividendes de 113 % et les Net Assets Per Share de 114 % de 2011 à 2013.