Devant les nombreux problèmes survenus ces deux dernières années dans le sud de l’île, des citoyens ont lancé le Comité de Soutien pour la Justice (CSJ) afin de dénoncer ce que subissent les habitants de cette région. Une conférence de presse a eu lieu en ce sens cette semaine pour exposer les problèmes d’agression, d’actes de vandalisme et de barbarie commis notamment par un gang. Des habitants souhaitent que la police les aide à remédier à la situation et demandent à rencontrer le Premier ministre au plus vite pour que les dispositions nécessaires soient prises.
« La situation est alarmante », soutient Riad Hallemuth, un des porte-parole des habitants du Sud. Hormis les cas rapportés dans la presse où des maisons et lieux de culte ont été saccagés, plusieurs personnes ont été agressées, dit-il. D’où la mise sur pied du Comité de Soutien pour la Justice qui regroupe les porte-parole des habitants de la région du Sud. Ce groupe de soutien a dénoncé hier après-midi un gang bien organisé, structuré et armé, qui sème la terreur dans leur localité.
« Ils mettent en danger la paix sociale, l’unité nationale et menacent plus que jamais l’harmonie dans le pays », a soutenu hier le CSJ. Ce gang de malfaiteurs sévirait dans le sud depuis octobre 2014. Bien que le DCP Jhugroo a permis au CSJ de rencontrer le Commissaire de Police, Mario Nobin, il y a deux mois, les membres de ce comité expliquent n’avoir constaté « aucune amélioration depuis ». Ils lancent désormais un appel au Premier ministre pour pouvoir le rencontrer au plus vite afin de discuter des dispositions à prendre, avant que ce problème de gang ne prenne une ampleur encore plus dramatique.
Lors de cette conférence de presse, plusieurs victimes de ce gang ont témoigné. Parmi eux figurent Nicolas Adrien, Sharif Hurroo et Dass Ramasawmi. Le premier nommé a raconté comment son épouse et lui ont été agressés en octobre 2014, sur une route peu fréquentée et entourée de champs de canne. Ce soir-là, le couple rentrait chez lui de la chasse lorsqu’un groupe d’environ 25 personnes armées de sabres les a agressés. Sa femme subit encore aujourd’hui les séquelles de cette attaque. En décembre 2015, Nicolas Adrien déclare que ces mêmes individus ont débarqué à leur domicile et ont saccagé leur maison.
Sharif Hurroo et Dass Ramasawmi ont subi presque le même sort. Plusieurs individus armés ont débarqué chez eux et les ont agressés tout en mettant leur maison sens dessus dessous. Les victimes disent avoir eu affaire au même gang de malfaiteurs et soutiennent que « la police n’a pris aucune disposition pour en venir à bout ».
La plus récente agression est celle d’Aslam Noursing dans la soirée du 1er mars 2016. Ce soir-là, un individu l’avait contacté pour un exercice de dépannage, mais quand il est arrivé à la route principale de Banane accompagné de son cousin, des hommes ont surgi des champs de cannes et les ont agressés. Aslam Noursing a eu les deux poignets sectionnés.