N’était-ce la vue des policiers en uniforme et l’ouverture des écoles un samedi matin, l’on aurait peine à croire que c’était un Nomination Day. En effet, la plupart des villages du Sud sillonnés laissent entrevoir un calme plat. Le Nomination Day s’est déroulé dans une ambiance relativement relaxe et bon enfant où chaque membre d’un parti se prêtait aux séances de photos des photographes de presse.
Si elles étaient plutôt discrètes au départ, les femmes ont vite laissé tomber le blason de timidité pour expliquer les raisons pour lesquelles elles se sont portées candidates. « Mo envie fer kitchose pou mo lendroit. Pena assez programmes pou bann madames dan lendroit. Osi bann jeunes pe ale dan perdition: bizin met bann strutures pou zot », lance Dawantee Gayasing, une candidate du Parti Action
Libéral (PAL) à Rose-Belle.
A Mahébourg, le Nomination Day a pris une allure de campagne électorale alors que Georges Ah Yan et les membres du Mahébourg Citizen Welfare Organisation (CWO) s’apprêtaient à déposer leurs candidatures peu avant 11h, hier matin.
Idem pour l’Escalier qui, contrairement aux autres villages du Sud, affichait une ambiance festive en raison de la mobilisation du Parti Progressiste de l’Escalier (PPL) mené par Nicole Charles, un pompier à la retraite. En raison de son statut de nouveau parti, les membres ont choisi de défiler dans la rue principale du village pour marquer leur présence. La mobilisation a débuté au Village Hall pour finir à l’école Sir Claude Noël, centre de dépôt des candidatures. Outre les meetings et porte-à-porte, le PPL veut miser sur ce défilé pour rallier les habitants à sa cause. Ce parti a pour projets la construction d’un complexe sportif polyvalent, l’asphaltage des routes et la mise à niveau des drains, d’autant que les crues de décembre s’approchent.
Comme ailleurs, l’enregistrement des candidats à Souillac s’est déroulé sans heurts. « Je suis très satisfaite. Tout se passe très bien. Tout est en ordre », a laissé entendre Sophie Chui, returning officer à Souillac.
Mais force est de constater que certains candidats se sont plaints de la lenteur des procédures. « On croule sous la paperasserie administrative », dit Sylvie de Leusse, architecte de profession et candidate du Front Citoyen Souillac.
Les candidats ont fait preuve de fair-play. L’amitié et le respect étaient visibles. Les adversaires s’échangeaient même des anecdotes et faisaient part de ce qu’ils feront s’ils sont élus. Tous rêvent de faire de leurs villages respectifs des lieux meilleurs et accueillants.