Photo illustration

Le commissaire de police (CP), Mario Nobin, déclare que le cas du policier Jean-Luc Colas (26 ans), qui s’est tiré une balle à la tête aux Casernes centrales lundi soir, sera référé à la Human Rights Commission.

« Ena enn lanket ki fer ek nou refer sa DPP. Posibleman nu pou ranvoy sa Human Rights Commission », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie d’octroi du certificat ISO 9001:2015 au poste de police d’Eau-Coulée, vendredi. Il invite également ceux qui veulent aider la police en donnant des informations et précise qu’il n’a pas encore reçu de lettre de l’épouse de la victime. « Si so epouz ena bann zafer pou dir bann anketer, nu pou etidie li ». Le CP a insisté que la mort du constable Jean-Luc Colas « pena nanyen afer avek so “workplace” ou so ”work environment” ».

Mario Nobin a également déclaré que trois policiers qui avaient découvert le cadavre reçoivent un encadrement psychologique. Concernant des policiers qui sont stressés ou psychologiquement instables, le CP dira que la force policière dispose d’un Internal Assessment cell où huit psychologues sont de service. « Si enn polisie ena enn problem, ena bann institision kapav enkadre li ».