source photo : internet

Une exposition controversée de cadavres humains plastinés et de squelettes a été interdite mardi par la municipalité de Lausanne, en Suisse, en raison de soupçons sur l’origine des corps qui pourraient être ceux de condamnés chinois.

L’annulation de l’exposition «Real Human Bodies», déjà présentée aux Pays-Bas, en Belgique et tout récemment dans la capitale suisse Berne, a été prise à la suite d’une plainte déposée par la branche helvétique de l’association «Action des chrétiens pour l’abolition de la torture et de la peine de mort» (ACAT), a indiqué la municipalité dans un communiqué.

Selon l’ACAT, «les corps utilisés dans cette exposition seraient, selon une grande probabilité, ceux de prisonniers chinois décédés ou exécutés et de membres du Falun Gong, mouvement interdit en Chine dont les adeptes sont persécutés», poursuit le communiqué.