Florent Jeannot, 19 ans, accuse l’Attorney General, Yatin Varma, de l’avoir physiquement et verbalement agressé à la suite d’un accident entre leurs véhicules hier matin à Sodnac. Le ministre de la Justice nie catégoriquement les faits et dit ne pas comprendre la cause de ces allégations. Il a reçu des soins pour fracture à la main droite. Le jeune homme, dont la version est soutenue par la déclaration d’un témoin du voisinage, s’en sort avec des ecchymoses à la bouche et des bosses au visage.
Florent Jeannot avance qu’après que sa voiture eut percuté celle de Yatin Varma, ce dernier se serait rué vers lui, l’aurait sorti de sa voiture pour lui asséner des gifles et des coups de poing en l’insultant copieusement. Le jeune homme de 19 ans avance que le père du ministre, qui était aussi dans la voiture, s’en serait aussi pris à lui à un moment. Selon cet étudiant du Charles Telfair Institute et un témoin de la scène, des passants de même que des policiers venus sur place ont eu fort à faire pour calmer Yatin Varma, qui n’aurait rien voulu entendre.
« J’étais occupé quand j’ai entendu un bruit sur la route à côté. Quand je suis sorti, j’ai vu deux voitures impliquées dans un accident (ndlr : à l’angle des rues Trianon 2 et Rosier à Sodnac). Le chauffeur de la BMW est sorti de son véhicule pour se ruer sur l’autre qui était toujours dans la sienne. Ce dernier a présenté ses excuses mais l’autre n’a rien voulu entendre. Il l’a sorti de sa voiture et a commencé à le taper au visage », selon un témoin.
S’approchant pour séparer les deux hommes, ce dernier se rend compte qu’il s’agit du ministre de la Justice. « Je lui ai demandé comment il pouvait faire une telle chose, mais il n’a pas voulu s’arrêter. Quand le jeune homme a essayé de passer un coup de téléphone, le ministre a saisi son mobile et l’a jeté à terre. » Ce témoin a aussi donné sa version à la police hier. Surtout qu’il allègue avoir été menacé. « En présence des policiers, il m’a dit : To pou kone ar mwa ! »
C’est la police de Sodnac qui s’est occupée de cette affaire hier. L’accident s’est produit vers 7h30 alors que Florent Jeannot roulait dans la rue Trianon 2 et Yatin Varma était sur la route principale perpendiculaire, l’avenue Rosier. Les travaux en cours sur la route ayant effacé le marquage, le jeune chauffeur explique avoir continué sans s’arrêter.
« Dans ma voiture il y avait mes deux enfants et mon vieux père. Soudain, une voiture qui roulait à vive allure a foncé sur moi. Ça a été un grand choc pour nous. Heureusement que mon père et mes enfants n’ont rien eu. Moi j’ai eu une fracture à la main droite », a déclaré Yatin Varma.
Dans sa version des faits, Florent Jeannot explique la suite des événements comme décrit par le témoin. « Il n’a pas voulu entendre mes excuses. Après m’avoir sorti de la voiture, il m’a battu et insulté. Même le monsieur qui l’accompagnait s’y est mis à un moment. Personne n’arrivait à calmer le ministre. Il a même jeté mon téléphone. » Mais Yatin Varma nie en bloc ces allégations. « Je ne comprends pas d’où vient cette histoire. Je ne l’ai jamais frappé, d’ailleurs j’avais une fracture à la main. »
Les deux véhicules et le jeune homme ont été conduits au poste de Sodnac. Si l’avant de la Honda que conduisait Florent Jeannot a été sérieusement endommagé, ce sont surtout les phares gauche de la voiture de fonction du ministre qui ont été abîmés par l’impact. Après des soins à l’hôpital, le jeune homme, blessé au visage, a logé une plainte muni d’un formulaire 58. « Je n’ai pas été blessé durant l’accident, mais à cause des coups que j’ai reçus », avance-t-il à Week-End.
Son père, Mario Jeannot, nous a déclaré n’avoir « jamais porté la main sur les enfants. Je ne peux accepter que mon fils subisse une telle violence. Je vais informer toutes les instances nécessaires, y compris le bureau du Premier ministre. Les choses ne vont pas en rester là. »