Lors d’une conférence de presse à l’Astor Court, hier, Mamade Khodabaccus a répondu à une question de la presse au sujet de l’actualité judiciaire. Commentant sur les nominations à la tête du judiciaire, il a tenu un discours de respect envers la hiérarchie.
Pour le secrétaire général du PMSD, la Cour suprême est, certes, «le dernier rempart que l’on souhaiterait être mis en doute». Mais, ajoute-t-il, «il existe une unwritten law qui dit qu’il faut respecter la hiérarchie et, nous aussi, on aurait aimé qu’elle soit respectée.» La semaine dernière, le chef juge Bernard Sik Yuen a procédé aux nominations des juges qui suppléeront ceux qui occupent les postes de haute responsabilité dans le judiciaire. Toutefois, Eddy Balancy, 3e dans la hiérarchie à la Cour suprême, a été supplanté par Paul Lam Shang Leen, Puisne Judge et 4e dans la hiérarchie. C’est ce dernier qui occupe, depuis mercredi, ses nouvelles fonctions de chef juge intérimaire. À travers cet exercice de nominations, Eddy Balancy perd in fine trois rangs dans la hiérarchie, n’assumant ni le rôle de Senior Puisne Judge par intérim ni celui de chef juge par intérim en l’absence des titulaires.
Mettant l’accent sur le respect de la hiérarchie dans le cadre des nominations à la tête du judiciaire, Mamade Khodabaccus a déclaré: «Comme nous ne pouvons interférer dans le judiciaire, nous aurions souhaité que le judiciaire, dans toute sa sagesse, fasse preuve de respect envers les procédures qui étaient appliquées dans le passé, et que ces procédures ne soient pas perturbées.» Il a terminé en disant qu’il faut continuer à aller dans la direction de cette «unwritten law». «Nous souhaitons que ce petit malaise de la Cour suprême reste derrière nous et espérons que cela ne reproduise pas», a-t-il ajouté.
Mamade Khodabaccus a également fait l’éloge de Xavier Duval, ministre des Finances, et l’a félicité pour les deux décorations qu’il a reçues durant la semaine écoulée: celle, pour la 2e année consécutive, de ministre africain des Finances et celle de Commandeur de l’ordre national de l’étoile équatoriale remise par Ali Bongo Ondimba, président de la République du Gabon. Mamade Khodabaccus soutient, par ailleurs, que 19 recommandations qui ont été faites par Xavier Duval pour la Commission Justice et Vérité sont déjà appliquées après qu’elles aient été approuvées en Cabinet, et qu’il est faux de dire que rien n’est fait du côté du gouvernement et du ministère des Finances.