Aujourd’hui prend fin la deuxième édition du camp d’été organisé par la Overseas Chinese Affairs of the State Council de la République Populaire de Chine avec le soutien de l’ambassade de Chine et qui vise à faire découvrir aux jeunes Mauriciens la culture chinoise sous ses multiples facettes. Durant six jours au Collège Royal de Port-Louis, onze enseignants venus de la Province de Hubei et issus du monde de l’art ont aidé les participants à s’immerger dans la culture chinoise par le biais d’activités artistiques et ludiques. Ainsi, petits et grands ont eu l’occasion d’être initiés aux arts martiaux, de participer aux ateliers-découverte d’instruments traditionnels, de la danse ou de calligraphie chinoise. Étaient aussi au programme l’histoire, la géographie, le moulage, entre autres.
«La fièvre du mandarin se confirme dans le monde. À Maurice, bon nombre de personnes apprennent et maîtrisent le mandarin grâce aux volontaires venus de Chine. Ils découvrent la calligraphie, la musique traditionnelle ou les arts martiaux lors de festivités, mais de manière générale, la culture chinoise reste encore étrangère pour certains d’entre nous. Le Summer camp propose, donc, de découvrir les multiples facettes de ce pays fascinant par sa richesse culturelle», nous dit Ah Kwet Li, past president de la Chambre de Commerce Chinoise (CCC) que nous rencontrons mercredi au collège Royal de Port-Louis durant la pause déjeuner.
Après le succès de la première édition organisée en 2012, cette année onze professeurs venus de la province de Hubei de la République Populaire de Chine ont été invités pour animer douze ateliers de découverte et d’initiation destinés aux enfants et adolescents âgés de 11 à 18 ans. Selon Yang Yi, chef de la délégation et directeur du Hubei Provincial Foreign Affairs Office, «l’objectif du summer camp est de faire découvrir la culture chinoise et de développer l’amitié entre les deux pays». Pour donner aux adhérents tous les moyens de s’initier aux arts de la Chine, les enseignants ainsi que les experts ont apporté dans leurs valises peintures, instruments traditionnels, outils pour le moulage, cordelettes pour la réalisation de noeuds chinois… «Pour ce camp d’été, le Hubei Provincial Overseas Chinese Affairs Office a envoyé les meilleurs enseignants des domaines respectifs», dit-il.
Se tenant depuis mercredi de 9h à 15h30, le Summer Camp qui a attiré quelque 200 jeunes et quelques adultes, a conçu un programme riche et varié. Chaque salle de classe de découverte accueille un maximum de 25 élèves et est animée par un enseignant de Chine et un interprète. Les cours durent chacun 50 minutes, donnant ainsi à tout le monde les moyens d’apprentissage des différents arts de la Chine. Ainsi, tout au long de la journée, les participants reçoivent des cours culturels divers et variés consacrés à la danse, la musique, la peinture, le dessin, le découpage de papier, la géographie chinoise.
Il est 13h30. La cloche a sonné. Tout le monde s’empresse de prendre place dans sa salle de classe respective. Dehors sur une petite terrasse, deux jeunes ont déjà pris place aux côtés de leur professeur de musique. Un atelier qui les initie à la découverte d’un instrument traditionnel chinois, appelé HuLuSi. Et pour poursuivre en musique, nous nous rendons dans une classe de danse où une jeune animatrice captive toute l’attention des élèves. Elle leur apprend la danse Xianjiang.
Une autre salle propose d’apprendre la géographie de ce pays d’Asie de l’est et d’appréhender la place des provinces sur une carte. Ici, on reconstitue un puzzle, par le biais des couleurs et illustrations typiques de chaque province. Les élèves apprennent alors à reconnaître les provinces qui constituent les différentes parties de la Chine et à les replacer correctement sur une carte.
Pour offrir aux participants une meilleure connaissance de la Chine, les enseignants leur racontent son histoire, ses anciennes dynasties. Cette journée a aussi pour but de faire découvrir l’artisanat chinois. Le moulage est une technique utilisée pour créer des personnages, des objets. En suivant les instructions, les élèves se sont appliqués à réaliser des formes, en sculptant dans la pâte. Comme pour tous les autres ateliers, les professeurs ont fourni aux élèves tout le matériel pour les techniques de moulage en terre cuite, ainsi que les outils en bambou. Dans une autre classe, des cordelettes sont déposées sur chaque table. Ici, une animatrice fait découvrir la confection d’ornements folkloriques chinois, comme des bracelets et noeuds chinois tressés à partir d’une seule cordelette colorée.
Chaque activité représente une opportunité pour les élèves d’expérimenter la culture chinoise. Que ce soit des bracelets en forme de noeud chinois ou du Paper cutting, les enseignants guident les élèves dans la réalisation d’objets artisanaux traditionnels chinois. Dans la classe de découpage de papier où sont présentées l’histoire et les techniques, les formes, les outils à découper sont fournis par les professeurs.
Dans l’atelier de découverte et d’initiation à la calligraphie chinoise, les participants apprennent que les Chinois n’assemblent pas des lettres pour former des mots mais dessinent des idéogrammes qui, à eux seuls, désignent une idée, un concept. En Chine, la calligraphie est un art traditionnel. Au cours de son histoire, l’écriture chinoise a connu des styles très différents. «Les caractères du temps de la dynastie Qin étaient de style archaïque. Aujourd’hui, ils sont plus stylisés», nous dit l’animateur, tout en nous montrant la différence entre les deux styles. Dans cette classe, les enfants qui ont découvert les traits de base, ont tracé avec beaucoup de talent des idéogrammes. Le matériel est composé d’un pinceau dont il faut d’abord apprendre le maniement. On le trempe dans une palette d’encre noire pour écrire d’abord sur un papier journal et lorsqu’ils l’auront maîtrisé, ils pourront dessiner sur une feuille de papier spécial.
La rencontre avec la culture chinoise s’est aussi faite par le biais du Wushu- terme générique qui désigne l’ensemble des arts énergétiques martiaux internes et externes d’origine chinoise tels que le Qi Gong, le Tai chi chuan et le Kung Fu. L’atelier d’arts martiaux était très apprécié. Dans le grand hall du collège, des groupes qui se sont succédé, ont à tour de rôle, été initiés aux mouvements de base du wushu.
Le Summer Camp prend fin aujourd’hui. Demain aura lieu la cérémonie de clôture avec un petit spectacle de démonstrations d’élèves. Pour rappel, le summer camp a été organisé par l’Overseas Chinese Affairs of the State Council de la République Populaire de Chine, avec la collaboration des Overseas Chinese Affairs of Hubei’s People Govt, la Mauritius Mandarin’s Teachers’ Association, l’ambassade de Chine et le Royal College of Port-Louis.