Une nouvelle controverse enfle le monde du sumo mauricien. L’entraîneur Parsad Balkisson a eu maille à partir avec les membres de l’équipe de Maurice qui est rentrée en début de semaine d’une brève apparition aux 18es championnats du monde de sumo qui se sont déroulés à Wanchai à Hong-Kong.
Jean Stives Aza, un des sélectionnés, est monté au créneau et pointe du doigt Parsad Balkisson, qu’il accuse d’avoir « extorqué de l’argent à tous les membres de la délégation, hormis Khesav Balkisson », fils de l’entraîneur national, qui avait rejoint le groupe via la Chine où il étudie.
« C’est grave ce qui s’est passé, nous a déclaré Jean Stives Aza, qui a également rencontré le ministre Ritoo hier. Tout a commencé à Plaisance le 25 courant, jour initial de notre départ. Parsad Balkissoon a été retenu par le service de l’immigration et n’a pas été autorisé à voyager. Du coup, on a dû reprogrammer notre départ pour le lendemain. Entre-temps, il a nous a réclamé à chacun Rs 15 300 pour couvrir les frais additionnels de ce déplacement. »
Mais le groupe était loin de sortir de l’auberge. Car, cette fois, tous les membres de l’équipe ont eu à payer un penalty fee, appliqué normalement par toute compagnie d’aviation (ici Air Mauritius) pour départ repoussé. « Balkissoon nous a réclamé Rs 5 000 chacun. On a dû faire un détour par la Malaisie pour rallier Hong-Kong. »
A Wanchai, Jean Stives Aza, qui concourt habituellement dans la catégorie des 115 kg, était prié par l’entraîneur de faire l’impasse sur cette catégorie et de s’aligner dans la catégorie open.
« C’était tout simplement pour faire de la place à son fils Khesav chez les 115 kg. J’ai été forcé de participer à l’open où j’ai affronté un Ukrainien de 137 kg, médaillé de bronze aux derniers championnats continentaux. C’était David contre Goliath et j’ai été blessé au combat, d’où trois jours d’arrêt maladie prescrits par le médecin de l’hôpital de Port-Louis à mon retour mardi. »
Jean Stives Aza avance par ailleurs que ses camarades de la sélection et lui ont dû eux-mêmes encourir les frais de transport de l’hôtel au gymnase où se déroulait la compétition et vice-versa. « Après ce calvaire, j’ai déjà tiré un trait sur la sélection. Je n’y reviendrai pas aussi longtemps que Balkissoon sera entraîneur. »
Outre Jean Stives Aza, Dharmarajen Ellapen, Sarvesh Lutchmun, Kreshna Patan, Khesav Balkisson et Henna Nikeeta Jeebun ont fait le déplacement. Tous ont été éliminés dès le premier tour. Parsad Balkissoon était injoignable ce matin pour tout commentaire.