La saison 2014 a tiré sa révérence avec le traditionnel  week-end international. Un événement qui n’a pas attiré la grande foule. Au fait, on a eu droit à un public clairsemé, bien loin de la foule à laquelle on était habitué. En dépit des hics qui ont marqué les deux journées, du côté des deux championnats, on a assisté à une belle lutte dans l’ensemble. Maxime Guyon, qui avait viré en tête  à l’issue de la première journée, a continué sur sa bonne lancée. Après deux troisièmes places, il s’imposa avec l’outsider Arabian Empire pour enlever haut la main la cravache de meilleur jockey. Chez les équipes, il a fallu attendre la dernière épreuve pour décider du championnat. Grâce aux première et deuxième places de Damien Oliver et Cédric Ségeon, l’équipe SMS Pariaz se retrouvait sur la plus haute marche du podium.
1. Lors de la première course, ce fut Stéphane Pasquier, muet samedi, qui apporta des points précieux à son équipe Chili, qui prit les devants au classement. En selle sur Big Lion, le Français se montra bien avisé en prenant le relais à Kruger Millions au bas de la descente. Aussi, quand il accéléra au début de la ligne droite, aucun adversaire ne put lui contester la victoire. Le favori Social Network fut relégué à environ trois longueurs. De la course, il faudrait peut-être signaler qu’Obama eut un parcours difficile en troisième épaisseur. Alberts Day rata sa mise en action et fut distancé dans la partie initiale. Au niveau des jockey, il n’y eut aucun changement.
2. Soaring Free était le seul frontrunner de la course. Vite en tête et bien contrôlé par Ahmed Ajtebi, il alla jusqu’au bout de la ligne droite pour offrir le doublé à l’écurie Merven. L’Émirati devait lui aussi accrocher sa deuxième victoire du week-end. George Noble avait essayé de surmonter le handicap de sa ligne extérieure, mais il se retrouva avec le nez au vent avant d’être incommodé en fin de parcours. Le danger pour Soaring Free vint d’Ambassador Rex, qui manqua toutefois le petit plus nécessaire. Certains pensent que Rye Joorawon avait démarré trop tôt et son cheval se retrouva complètement à l’extérieur. Bright Shining était aussi dans le groupe de tête, sans doute avec l’apport des oeillères. Il manqua d’accélération par la suite.
3. La victoire à la Nicole Schlatter, mais le titre à Barbara Guenet. L’honneur de remporter la dernière manche du championnat de la Fegentri revint à la Suissesse, mais c’est la Française qui l’emporte au final. Bongo Beat essaya d’imposer sa loi, mais eut à subir la résistance de Question Time, qui voulait aussi mener le peloton. Point Of Policy était à portée de la tête de la course, mais on pensait que Shakleton était le mieux placé dans le parcours. Cependant, quand Point Of Policy accéléra peu avant la dernière courbe, aucun de ses adversaires ne put soutenir la comparaison, sauf Teamog, qui vint cependant échouer à une encolure. Du coup, l’écurie Merven enregistrait un triplé.
4. Kremlin Captain se montra beaucoup trop fort pour ses adversaires et permit à Paul Mulrennan d’inscrire son premier succès. L’Irlandais put placer sa monture en troisième position sur les barres, alors que Rye Joorawon menait le peloton avec Acapella. Mountain Thunder trouva plus rapide que lui et fut aussi contraint à courir avec le nez au vent quand Kremlin Captain progressa à son intérieur dans la descente. Acapella imposa un rythme soutenu, mais se retrouva sous la menace du favori dans le dernier tournant. Ce ne fut qu’à 200m de l’arrivée que Paul Mulrennan lui demanda de produire son effort. Le jeune sprinter allongea ainsi ses foulées pour quitter sur place ses adversaires. Le chrono s’arrêta à 1’23”04, soit à un centième du class record de la catégorie sur 1400m.
5. Diamond Light qui brille pour la 13e fois au Champ de Mars, c’était une grosse possibilité vu que le hongre de l’écurie Foo Kune était prédestiné à obtenir le meilleur parcours de la course. La course ne se déroula pas comme on s’attendait. Si Vettel se retrouva en tête dans la partie initiale, il n’imposa pas un rythme soutenu. Ou du moins le tempo ne fit pas l’affaire de son compagnon d’écurie Awesome Power, que Damien Oliver lança en pleine montée pour aller prendre le commandement. Cette tactique pouvait prendre certains adversaires à défaut, mais il était aussi possible qu’Emerald Approcha ne vint jouer les trouble-fête. Ce fut ce qui arriva et on sut dès lors qu’Awesome Power n’aurait pas la partie facile vu qu’il eut à repousser les velléités du cheval de l’écurie Rousset. Il dut se dépenser prématurément avant de passer à la vitesse supérieure au début de la ligne droite. Pendant ce temps, Diamond Light avait eu un parcours en or à la corde et il ne se fit pas prier pour faire la différence. Tube Wave, longtemps à l’arrière-garde, termina fort pour prendre la deuxième place devant Skippyjon Jones, qui se défendit honorablement. Grâce à ce deuxième succès, Paul Mulrennan revenait à la hauteur de Maxime Guyon avec 29 points chacun.
6. Courir sans oeillères était la décision qu’il fallait prendre avec Forest Panther. On pensait néanmoins que Ruby King serait un os dur vu qu’il bénéficierait d’un rythme soutenu vu que The Pieman aurait à travailler pour mener les opérations vu la présence d’Indaba My Children à son intérieur. Laser Bolt avait trouvé une position à la corde et ne laissa pas Forest Panther se placer devant lui. On vit toutefois ce dernier gêner le cheval de l’écurie Maingard dans la descente. En ce qui concerne la ligne droite finale, Laser Bolt avait l’intention de passer à l’intérieur de Forest Panther, mais dut changer de route quand ce dernier lui ferma le passage. Une objection fut formulée à l’encontre du gagnant, mais le résultat ne fut pas inversé par les Racing Stewards. Cette deuxième place de Maxime Guyon lui permit toutefois de prendre une option sur la victoire finale avec 4 points additionnels.
7. Petite surprise à l’arrivée de la 7e course avec la victoire d’Arabian Empire, piloté par Maxime Guyon qui, du coup, mettait l’issue hors de doute quant au titre de meilleur jockey du week-end, avec sa troisième victoire du week-end. Divine Crusader insista et se montra aussi le plus rapide avant de s’installer en tête. Arabian Empire dut subir la loi du meneur, mais resta bien placé dans le parcours. On avait les yeux tournés vers Princeton et Blaze Of Noon, qui étaient à l’arrière-garde. Arabian Empire attaqua assez tôt pour mettre le nez à la fenêtre. Princeton trouva un passage à l’intérieur et essaya de refaire son retard et échoua sur la croupe du cheval de l’écurie Allet. Western Jet termina troisième.
8. La dernière course ne compta finalement que pour du beurre chez les jockeys. Il fallait que Paul Mulrennan remporte l’épreuve pour revenir à la hauteur de Maxime Guyon. Il n’en fut rien car la victoire alla en direction de Damien Oliver et Strum qui réalisèrent le bout en bout. Deuxième de la course, Cédric Ségeon avec Ravatak. Du coup, l’équipe de SMS Pariaz enlevait la palme avec un total de 68 points.