Les incertitudes autour du Brexit, le retrait de la Grande Bretagne de l’Union européenne, continuent à alimenter les débats tant en Grande Bretagne que dans les pays avec qui elle entretient des relations économiques et commerciales. Le Mauricien a rencontré cette semaine le directeur de l’International Trade Division au ministère des Affaires étrangères, Sunil Boodhoo, pour faire le point sur la situation et parler des problèmes qui affecteront Maurice et des opportunités que le pays devrait saisir. Il s’est dit convaincu qu’en cas de Brexit sans accord l’économie britannique pourrait être réduite de 8% d’ici 2035. Ce qui entraînerait une baisse de nos exportations vers le Royaume Uni.

En tant que directeur de l’International Trade Division du ministère des Affaires étrangères, vous suivez évidemment ce qui se passe en Grande Bretagne concernant le Brexit. Quelle est votre appréciation ?

Maurice suit de très près l’évolution du Brexit. En fait, il y a une réunion ministérielle présidée par le Premier ministre lui-même, qui se réunit au fur et à mesure pour faire le point sur l’évolution du Brexit.

Vous comprendrez certainement qu’avec l’UE et le Royaume-Uni, étant des partenaires économiques importants de Maurice, nous devons suivre l’évolution des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE et en évaluer les conséquences pour Maurice. Pour rappel, le Royaume-Uni a voté le 23 juin 2016 de quitter l’UE après 43 ans d’adhésion. 17 410 742 ont voté pour quitter l’UE alors que 16 141 241 ont voté contre. Le 25 novembre 2018, après des mois de négociations, l’UE et le Royaume-Uni ont convenu d’un projet d’accord de retrait.

Cet accord de retrait devait être approuvé par le parlement britannique. Toutefois, il a été rejeté à trois reprises, à savoir les 11 décembre 2018, 15 janvier et 12 mars derniers. Cela a conduit à une série de motions déposées au Parlement britannique, notamment pour demander une prolongation du délai du Brexit ou un référendum. Les députés ont rejeté l’appel à un deuxième référendum mais ont accepté de demander une extension de l’article 50.

Le 21 mars dernier, le Premier ministre britannique a demandé une extension à l’UE. Les 27 dirigeants européens ont proposé une éventuelle prolongation jusqu’au 22 mai, veille des élections législatives européennes, et ce à condition que le projet de loi sur le retrait du Parlement soit adopté par le Parlement britannique avant le 31 mars 2019. Toutefois, les députés ne sont pas parvenus à un accord. Le 5 avril dernier, le Premier ministre britannique a écrit à l’Union européenne pour demander une nouvelle prolongation du Brexit jusqu’au 30 juin. Le 10 avril, le Conseil européen a décidé de proroger l’article 50 jusqu’au 31 octobre 2019. Le Royaume-Uni peut toutefois ratifier l’accord de retrait et partir plus tôt. Il peut également changer de stratégie ou même décider de révoquer l’article 50 au cours de cette période. Le 24 juillet dernier, Boris Johnson a été nommé Premier ministre du Royaume-Uni après avoir remporté à la tête du parti conservateur 61% des voix. Depuis sa nomination, il a remplacé plus de la moitié du cabinet de son prédécesseur et constitue une nouvelle équipe composée principalement de ministres eurosceptiques. Le 28 août 2019, la reine a accepté de proroger le Parlement du 9 septembre au 14 octobre 2019, à la demande du nouveau Premier ministre, M. Johnson, qui a insisté pour que le Royaume-Uni quitte l’UE le 31 octobre, avec ou sans accord. Une majorité de députés s’opposent au départ du bloc sans accord. Le 2 septembre, des députés britanniques ont déposé une proposition de loi visant à bloquer un Brexit sans issue en obligeant le Premier ministre à demander une prolongation jusqu’au 31 janvier 2020, s’il ne peut pas conclure un accord de divorce retravaillé avec le reste de la population. Le 3 septembre, le parti conservateur au pouvoir a perdu sa faible majorité, alors qu’un de ses députés, Phillip Lee, a pris la parole pour rejoindre les démocrates libéraux. Le projet de loi a été approuvé par la Chambre des communes le 4 septembre 2019. Il sera maintenant demandé à Boris Johnson de réclamer à l’UE une prolongation de trois mois du délai fixé pour le Brexit, s’il ne parvient pas à un accord de transition renégocié avec le bloc d’ici mi-octobre.

Qu’est-ce qui, selon vous, pourrait se passer à partir de maintenant ?

De ce qui précède, il est clair que le Royaume-Uni ne peut pas quitter l’UE sans un accord et qu’un Brexit dur n’est donc pas prévu, du moins pour le moment. Nous pouvons donc supposer qu’il y aura un accord et qu’il incombe maintenant au Premier ministre britannique, Boris Johnson, de présenter des propositions concrètes, notamment en ce qui concerne une solution de remplacement acceptable à l’arrière-plan, principal sujet de discorde.

Si un Brexit dur devait se produire, quelles pourraient en être les conséquences pour Maurice ?

Maurice a signé l’ESA-UK Economic Partnership Agreement (EPA) le 31 janvier dernier et cet accord devrait entrer en vigueur à la sortie officielle du Royaume-Uni de l’UE. L’accord préserverait notre accès préférentiel au marché britannique sur tous nos produits, et ce dans tous les cas. Nous allons donc continuer à exporter tous nos produits en franchise de droits et de quotas sur le marché britannique. Toutefois, compte tenu de l’incertitude liée à la sortie désordonnée du Royaume-Uni, Maurice devrait s’attendre à des difficultés et à des opportunités au lendemain d’un Brexit sans accord.

Quelles seraient ces difficultés ?

En premier lieu, il y a un risque que l’économie britannique se contracte. Les analystes prévoient que, dans un scénario de non-accord, le Royaume-Uni entrera en récession, avec une contraction du PIB de 5% d’ici un an. D’ici 2035, l’économie pourrait être réduite de 8%. Avec la contraction de l’économie britannique et la baisse de la consommation, on peut s’attendre à une baisse de nos exportations à destination du Royaume-Uni. Cependant, Maurice pourrait également exploiter certaines opportunités. Dans le cas d’un scénario sans accord sur le Brexit, le gouvernement britannique propose d’imposer des droits sur 13% de ses lignes tarifaires sensibles, notamment le sucre, le poisson, les vêtements et les spiritueux, y compris sur les importations en provenance de l’UE. Le sucre serait taxé à 419 euros par tonne, les vêtements à 12% et le thon en conserve à 24%. Cela donnera une marge de préférence considérable à Maurice.
Avec la contraction de l’économie britannique, on s’attend également à un changement dans les habitudes de consommation des touristes britanniques. Le World Travel and Tourism Council (WTTC) prévoit que les dépenses du Royaume-Uni à l’étranger pourraient diminuer de -4,2%, car la baisse de la valeur de la livre sterling continuera de peser sur le pouvoir de dépenser des citoyens britanniques et leur propension à se rendre à l’étranger.

Quid du taux de change ?

De janvier 2016 à juillet 2019, la livre sterling s’est dépréciée de 13,9% par rapport à la roupie mauricienne. La Banque d’Angleterre a prédit une chute de la livre sterling, qui pourrait même être de l’ordre de 25%, bien que les autres prédictions oscillent entre 5% et 10%. Bien que les recettes tirées de nos principales exportations (vêtements, sucre et thon) soient principalement en euros et en dollars américains, la baisse de la livre sterling devrait avoir une incidence sur d’autres monnaies telles que l’euro. Les recettes d’exportation pourraient être affectées par la dépréciation de la livre sterling et de l’euro.
Cependant, la baisse des recettes d’exportation pourrait être atténuée pour certains produits par la marge de préférence dont nous pourrions tirer profit en raison des droits de douane appliqués par le Royaume-Uni sur les produits de l’UE et par d’autres concurrents qui n’ont pas encore négocié d’accord avec le Royaume-Uni. En vertu de l’accord que nous avons conclu avec le Royaume-Uni, nous bénéficions d’un avantage de premier arrivé et, dans le cas d’un scénario de non-accord, nous devrions explorer pleinement cet avantage.

Ne craignez-vous pas que le secteur financier soit touché également ?

Un effondrement du Royaume-Uni en tant que centre financier clé est à craindre. Du point de vue financier, un Brexit “sans accord” pourrait affecter le marché financier britannique. Le Brexit touchera un nombre considérable d’intervenants des marchés financiers en Europe, ce qui signifie que les sociétés de services financiers pourraient revoir l’emplacement de leur siège et de leurs opérations, d’autant plus que la libre circulation des professionnels suscite des préoccupations. Il est également probable que le Royaume-Uni mette en place un nouveau régime de permis de travail entre le Royaume-Uni et les 27 États membres de l’UE, ce qui pourrait limiter la circulation des professionnels.
Maurice pourrait élaborer des stratégies pour attirer les assureurs et les gestionnaires d’actifs, entre autres, pour établir des bureaux sur place. Maurice pourrait être une bonne alternative aux particuliers fortunés basés au Royaume-Uni pour gérer leur patrimoine. La possibilité d’attirer des retraités britanniques pourrait être explorée. L’Espagne est actuellement le pays hôte de l’UE avec le plus grand nombre de citoyens britanniques à la retraite. Avec un accord sans Brexit, les retraités britanniques ne bénéficieront plus des traitements de santé préférentiels actuellement pratiqués en Espagne. L’EDB pourrait mettre en place des programmes appropriés pour attirer les retraités britanniques.

Quelles sont les mesures envisageables à court terme et qui pourraient être appliquées dans l’éventualité d’un Brexit sans accord ?

En premier lieu, il faudrait considérer une approche plus agressive de promotion du commerce sur le marché britannique. Il faudrait également identifier de nouveaux clients sur des marchés alternatifs tels que l’Australie, les Pays-Bas, la République tchèque, l’Espagne, l’Allemagne, la Hongrie, la Pologne, le Danemark et les Pays-Bas.
La MTPA doit mener des campagnes à forte visibilité au Royaume-Uni et envisager une stratégie de diversification des marchés vers ceux à rendement élevé tels que l’Allemagne et l’Asie et les nouveaux marchés émergents à potentiel de croissance immédiat, à savoir la République tchèque, la Pologne, l’Autriche, la Suède, le Danemark, la Finlande, Malaisie et Singapour.
Il faudrait également envisager le développement des stratégies de marketing dans le secteur financier pour que Maurice devienne, entre autres, un centre de services d’appui idéal pour les services financiers britanniques. Maurice doit se présenter comme une bonne alternative aux particuliers fortunés basés au Royaume-Uni surtout pour ce qu’il s’agit de la gestion de leur patrimoine.
Il sera important qu’il y ait un comité technique chargé de surveiller l’impact de la dépréciation de la livre sterling dans tous les secteurs de l’économie. Il ferait des recommandations au gouvernement afin de garantir la compétitivité de nos exportations au Royaume-Uni.
En dernier lieu, Maurice peut utiliser l’accord Royaume-Uni-ESA pour poursuivre les négociations avec le Royaume-Uni sur des questions importantes telles que les services et l’investissement. L’Accord contient une disposition intégrée permettant de poursuivre les négociations dans les six mois suivant son entrée en vigueur.

Vous avez été partie prenante de la préparation de la loi sur la propriété industrielle. Pouvez-vous nous en parler ?

La nouvelle loi sur la propriété industrielle est un texte législatif complet et moderne, qui couvre tous les aspects des droits de propriété industrielle, à savoir les brevets, les marques, les dessins industriels, les indications géographiques, les variétés végétales et les schémas de configuration de circuits intégrés.
L’objectif de la loi sur la propriété industrielle est de promouvoir l’innovation, d’encourager et de faciliter l’enregistrement et la protection des droits de propriété industrielle et de créer de meilleures conditions pour attirer des investissements de grande qualité.
La loi prévoit un cadre institutionnel renforcé pour l’administration de la législation sur la propriété industrielle à Maurice. L’office de propriété industrielle existant sera réorganisé. Le nouvel Office de la propriété industrielle de Maurice (IPOM) administrera et mettra en œuvre la loi – une fois proclamée – et contribuera à la protection, à la promotion et au développement de la propriété industrielle régie par la législation.

Quel sera l’effet de cette législation sur les PME ?

Afin de motiver les petites et moyennes entreprises et les petits inventeurs à innover, la loi sur la propriété industrielle prévoit un nouveau type de protection pour les innovations modestes et progressives. Ceci s’appelle le modèle d’utilité. Il s’agit d’une option rapide et peu coûteuse pour la protection de l’invention et répond à des critères moins rigoureux en matière de brevetabilité. Les modèles d’utilité s’apparentent aux brevets et prévoient un droit exclusif d’empêcher toute utilisation commerciale non autorisée de l’invention sans l’autorisation du détenteur du droit.
La nouvelle loi prévoit la protection des schémas de configuration de circuits intégrés, autre droit de propriété industrielle qui implique des investissements importants. Un schéma de configuration est en trois dimensions d’un circuit intégré, c’est-à-dire la disposition dans une puce de composants électroniques actifs et passifs.
Les circuits intégrés sont des éléments essentiels pour une large gamme de produits électriques, notamment les téléphones intelligents, les montres, les machines à laver et les appareils médicaux.
La loi de 2019 sur la propriété industrielle prévoit également la protection des indications géographiques. Une indication géographique identifie un produit comme étant originaire du territoire d’un pays ou d’une région ou localité de ce pays, dans laquelle une qualité, une réputation ou une autre caractéristique donnée du produit est essentiellement imputable à son origine géographique.
Un certain nombre de produits à Maurice et à Rodrigues peuvent être qualifiés pour être étiquetés géographiquement et protégés sur nos marchés d’exportation. Les exemples incluent le rhum local, notre sucre spécial, le thé local, ainsi que le citron et le miel de Rodrigues.
Il s’agit donc d’une législation très élaborée et complète qui étend la protection à tous les droits de propriété industrielle non couverts jusqu’à présent. Il y avait une position divergente sur un point particulier, à savoir l’épuisement des droits de marque, ce qui est compréhensible.

Maurice a adhéré récemment à l’African Continental Free Trade Area (AfCFTA). Qu’est-ce que cela représente pour nous ?

L’AfCFTA est considérée comme la plus grande zone de libre-échange du monde et couvre un marché de 1,2 milliard de personnes et un PIB combiné de 2,5 milliards de dollars américains. Étant donné que l’économie du continent devrait atteindre 29 000 milliards de dollars américains d’ici 2050, l’AfCFTA représentera un marché plus vaste que celui de l’ALENA actuellement. La taille même du marché unique crée un environnement favorable à la diversification industrielle et aux complémentarités régionales. Il est évident que le potentiel commercial est considérable et qu’il reste à exploiter.
Maurice est, depuis 2015, impliquée dans les négociations de l’AfCFTA, considérée comme très importante pour Maurice, car elle permettra à nos opérateurs de bénéficier de meilleures opportunités d’accès au marché sur un vaste marché à des conditions préférentielles, offrant ainsi un avantage concurrentiel certain à nos exportateurs.
Les opportunités sont donc réelles pour Maurice et je pense que le secteur privé s’intéresse de plus en plus à l’Afrique, tout comme le gouvernement qui a une stratégie claire pour l’Afrique. Ceci est soutenu par des preuves statistiques. Si nous examinons les exportations vers les pays du COMESA et de la SADC, où nous bénéficions d’un accès en franchise de droits, celles-ci ont augmenté régulièrement et se chiffrent à quelque Rs 15 milliards . Sans accès en franchise de droits, cela ne serait pas possible. Un accès préférentiel sur les autres marchés africains avec l’AfCFTA engendrera certainement des opportunités. Il est également important de noter que les exportations vers l’Afrique sont principalement effectuées par des PME et sont très diversifiées par rapport aux exportations sur les marchés traditionnels. Nous exportons sur les marchés régionaux des produits tels que les savons, les nouilles, les engrais, etc., qui sont fabriqués par des PME. Avec une promotion et une commercialisation commerciales plus actives, il est possible d’accroître considérablement les exportations.

Cela fait des mois qu’on parle de CECPA sans voir la conclusion d’un accord. Où en sommes-nous ?

Les négociations sur un CECPA entre Maurice et l’Inde ont repris en septembre 2017, à la suite de la visite officielle du Premier ministre Modi à Maurice en mars 2015 et de la visite officielle du Premier ministre, Pravind Jugnauth, en Inde en mai 2017. Jusqu’à présent, sept rounds de négociations ont été organisés. Le CECPA comportera trois chapitres, à savoir le commerce des marchandises, le commerce des services et la coopération économique.

À ce jour, nous pouvons dire que 95% de l’accord a été finalisé. Il y a encore des problèmes d’accès au marché sur lesquels des négociations sont en cours. Espérons que nous conclurons dans les mois à venir.

Quelles sont nos priorités en matière commerciale ?

Notre priorité est de signer l’accord de libre-échange avec la Chine et l’Inde, de conclure et de ratifier l’accord de libre-échange continental. Le 2 octobre, nous entamons à Maurice les négociations en vue d’un accord de partenariat économique complet entre l’UE et les pays de l’ESA. Ce sera notre priorité pour les deux prochaines années. Nous négocierons sur 15 questions différentes, telles que le commerce des services, les investissements, la propriété intellectuelle, le développement durable et la coopération au développement, entre autres.

Il s’agira d’une nouvelle génération d’accord qui ouvrira le marché des services de l’UE, apportera une sécurité juridique aux investisseurs, renforcera la coopération économique dans plusieurs domaines clés, tels que FinTech, l’IA, la robotique et l’innovation.
En outre, nous allons également conclure un accord commercial préférentiel avec l’Indonésie dans le cadre de notre stratégie pour l’Asie. Nous souhaitons développer des relations économiques et commerciales plus étroites avec les pays de l’ASEAN, le Japon et l’Eurasie. L’objectif général est de rechercher autant que possible la réciprocité en termes d’accès au marché, en particulier sur les marchés des pays émergents, à la hauteur de notre ouverture. Ce faisant, nous créerons les meilleures conditions de marché possible pour les exportateurs.

Nous nous concentrons à présent également sur l’ouverture des marchés du secteur des services du COMESA et de la SADC. Nous sommes bien avancés sur les deux points. Les entreprises de services basées à Maurice seront en mesure de desservir le marché africain à partir de Maurice. D’autres pourront établir une présence commerciale sur des marchés qui pourraient les intéresser. Nous avons un avantage concurrentiel certain dans le secteur des services, en particulier par rapport à l’Afrique, et nous devrions en tirer parti.