Bimla Ramloll, alias « Madame Kaba », déjà impliquée dans une affaire de pots-de-vin avec l’allocation des étals de la foire de Quatre-Bornes, constate que le monde autour d’elle s’écroule. Après son arrestation, vendredi et le prolongement de sa détention policière, hier après-midi, elle a appris que son époux, Mohit Ramloll, a été appréhendé par le Central CID, hier, et a passé la nuit en cellule policière. Le frère de Bimla Ramloll, un des directeurs de Sunkai Co Ltd, intéresse les enquêteurs.
Le développement majeur dans l’enquête de Sunkai Co Ltd est cependant le fait que l’ombre de Harry Sookun, l’homme derrière le rachat de l’ex-First City Bank, et également les transactions frauduleuses des terres de l’État dans l’affaire Heman Bangaleea, l’homme aux Rs 300 millions en devises, se profile. Le nom de Harry Sookun est évoqué comme un des « maillons forts » de la compagnie Sunkai Co Ltd pour la partie consacrée aux placements effectués par les clients de Bhimla Ramloll, l’ex-édile de la majorité au conseil municipal de Quatre-Bornes.
Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès de sources concordantes indiquent que jusqu’ici, Bimla Ramloll, qui a retenu les services de Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel, fait preuve d’hésitations pour incriminer formellement cet ancien banquier dans le business de Sunkai Co Ltd ou encore donner des indications sur son rôle exact au sein de la compagnie.
Harry Sookun, qui a jusqu’ici refusé de consigner de dépositions dans l’affaire des faux documents pour le bail de plus de 20 arpents de State Lands à Bel-Ombre, se trouve actuellement à l’étranger. Il a quitté le pays à la fin de l’année dernière quand avait éclaté l’affaire Bangaleea, avec l’arrestation de l’homme à la valise aux Rs 300 millions en devises étrangères. Il n’a pas donné signe de vie jusqu’ici.
À ce matin, les enquêteurs du Central CID mettaient au point le dossier en vue de l’interrogatoire du frère de Bimla Ramloll, dont le nom figure parmi les responsables de la Sunkai Co Ltd. Mais à la mi-journée, aucune décision n’avait été prise à ce sujet.
Le Central CID se concentrait sur les procédures pour l’inculpation et la comparution devant le tribunal de Rose-Hill de Mohit Ramloll pour le délit d’entente délictueuse. L’époux de Bimla Ramloll a soutenu tout au long de son interrogatoire ne rien savoir des activités de Sunkai Co Ltd et il a même produit une procuration en faveur de son épouse à ce sujet.
Après le Freezing Order sur deux chèques d’une valeur de Rs 32,9 millions et sur toute une série de propriétés immobilières à Trianon, Vacoas, Bue Bay et Flic-en-Flac, la police a procédé à la saisie de deux voitures flambant neuves, achetées en janvier et février de cette année par le couple Ramloll.
Un prochain volet de l’enquête pourrait porter sur des membres de la profession légale dont les services ont été sollicités par Sunkai Co Ltd. Des consultations ont été initiées au niveau de l’Office of the Director of Public Prosecutions à ce sujet sur la base de la teneur de certains e-mails échangés, en possession des enquêteurs.
Par ailleurs, des spécialistes en matière de services financiers s’interrogent sur la décision de la Financial Services Commission de ne pas agir aux termes des articles 44 et 50 de la Financial Services Act l’autorisant à geler toute activité financière illégale. Déjà, dès novembre de l’année dernière, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et la FSC ont été informées sur les opérations illégales de Sunkai Co Ltd, alors que ces deux commissions détiennent des pouvoirs pour agir aux termes des lois existantes.
Plus grave encore est le fait que lors d’un Special On-Site Examinations effectué le 29 janvier dernier par la Banque de Maurice, Sunkai Co Ltd, qui se vante d’avoir enregistré des placements sans être nullement autorisée par la loi et ne détenant aucun permis, a refusé jusqu’à la fin de la semaine dernière de soumettre à la Banque Centrale des documents aux termes de la loi, laissant croire qu’elle serait au-dessus de la loi…