Me Rama Valayden, Salim Muthy et l’avoué Kaviraj Bokhoree ont fait une virulente sortie contre le ministre des Services financiers Roshi Bhadain lors d’une conférence de presse animée, hier à Port-Louis, après que Me Valayden a été interrogé under warning dans son bureau par les enquêteurs de la CID dans le cadre de la manifestation concernant le remboursement sous le Super Cash Back Gold (SCBG). Me Valayden affirme qu’une commission d’enquête est nécessaire pour faire la lumière sur le remboursement des détenteurs de police d’assurance du groupe BAI « pour que le public sache comment cela s’est déroulé ».
Concernant la manifestation au Jardin de la compagnie organisée par Me Rama Valayden et Salim Muthy, l’homme de loi a avancé que tout s’était déroulé sans anicroches et qu’ils avaient fait le nécessaire auprès des autorités concernées pour tenir une marche pacifique en conformité avec la Public Gathering Act, le mercredi 13 juillet. « A okenn moman komiser polis pann otoriz public gathering » a-t-il déclaré. Selon lui, les convocations aux Casernes centrales découlant d’une plainte qu’a portée Sanjiv Issary, CEO de NPFL, organisme responsable du remboursement des victimes du Super Cash Back Gold, sont de nature politique. Me Valayden a assuré que la délégation composée de Salim Murthy et de conseils légaux « ne mène pas un combat politique mais un combat pour que justice soit rendue ». Il a, dans la foulée, estimé que le ministre Roshi Bhadain a fait « une entorse à la loi » quand il a déclaré publiquement que Salim Muthy et lui n’ont pas investi dans les polices d’assurance du groupe BAI. Pour Me Valayden, le ministre des Services financiers « a dû vérifier le compte en banque et les transactions de chacun de nous ». Rama Valayden soutient ainsi que les agissements du ministre « pe met an danze kredibilite pei », ajoutant que « minis Bhadain koir ki nou bizin ena enn lintere pou fer seki nou pe fer ».
Salim Muthy a, quant à lui, fait un appel au Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth, pour qu’il écoute ce qu’ils ont à dire sur la manière dont les remboursements sont effectués. Il a lui aussi assailli de critiques le ministre Bhadain et a rappelé qu’il ne reculera pas devant ces attaques à son égard. « Mo pena enn sou dan SCBG, Maubank ou soi NIC, me kan ena linzistis nou pou deboute. Lalit pou kontinie et nou pou mintenir nou pozision » a-t-il mis en exergue.
L’avoué Kaviraj Bokhoree, qui a également été interrogé aux Casernes centrales dans cette affaire, a quant à lui soutenu que ces attaques relèvent de motivations politiques. « Eski li pa enn vandeta politik kan pe atak frontalman Me Valayden e momem? Ena kikenn ki pe tir la fisel derier tou sa », s’insurge-t-il.
Salim Muthy et Rama Valayden ont par ailleurs réclamé un droit de réponse à la Mauritius Broadcasting Corporation (MCB), déplorant les propos tenus à leur égard par des intervenants lors d’une émission alors qu’eux n’ont pas eu l’opportunité de réagir.