Sur la somme de Rs 72,3 milliards appropriated par l’Assemblée nationale en 2010 pour régler les dépenses supplémentaires, seulement Rs 68,6 milliards ont été dépensées, ce qui fait un total de Rs 3,7 milliards en dessous de la somme allouée. C’est ce qu’a indiqué le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, hier lors de son discours sur le Supplementary Appropriation (2011) Bill. Dans le cadre de ce dernier, un surplus budgétaire d’une somme totale de Rs 6 083 888 851 a été prévu pour régler les dépenses supplémentaires durant l’année fiscale 2011.
Le ministre a rappelé qu’en décembre 2010, l’Appropriation (2011) Act a été adoptée par l’Assemblée nationale et un total de Rs 72,3 milliards fut alloué pour l’année fiscale 2011. Le budget dépensé s’est élevé à Rs 68,6 milliards, soit un total de Rs 3,7 milliards en dessous de la somme appropriated.
La somme sous-utilisée par le gouvernement durant l’année 2011 comprend Rs 1,3 milliard sur les emoluments des employés, Rs 1,2 milliard sur l’achat de produits et services tels des factures de téléphone, la location de bâtiments, entre autres. Par ailleurs, le CEB, la CWA et l’AML ont demandé des emprunts moins importants durant l’année 2011, à hauteur de Rs 1,7 milliard.
Mais, selon le ministre des Finances, même si les dépenses encourues durant l’année fiscale 2011 sont en dessous de la somme appropriated, les dépenses additionnelles de Rs 6,1 milliards concernant 22 programmes doivent être couvertes par un Supplementary Appropriation Bill.
Les Rs 6,1 milliards ont été utilisées notamment pour apporter des ressources adéquates au National Resilience Plan. « This is a rainy day fund totalling Rs 7.3 billion at end December 2011 created in order for our country not to be caught unprepared with continuing Euro Zone Crisis ». C’est cette mesure prudente, selon le ministre, qui a valu à Maurice une « acclamation universelle » et constitue un des facteurs cités par l’agence Moody’s pour le progrès dans leur classement, soit de Baa2 à Baa1.
D’autre part, une somme de Rs 1,5 milliard a été accordée au Social Housing Development Fund afin de répondre aux demandes des familles à faibles revenues.
Le ministre devait par ailleurs indiquer que Rs 4,2 milliards ont été allouées au National Resilience Fund. De cette somme, Rs 3,863 millions doivent être appropriated. Au regard du Social Housing Development Fund, un budget supplémentaire de Rs 914 millions est requis.
Les autres secteurs clés ayant nécessité un budget supplémentaire durant l’année fiscale 2011 sont le ministère de l’Éducation (Rs 150 millions) pour répondre à des coûts opérationnels du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) ; le paiement de social aid benefits sous le ministère de la Sécurité sociale (Rs 134 millions) ; et le programme Rodrigues Development (Rs 62 millions).
Une autre somme de Rs 41 millions était nécessaire pour le Government Information Service and Provision of International News, notamment pour un emprunt contracté auprès du gouvernement chinois pour la construction du nouveau bâtiment de la MBC à Réduit. De plus, Rs 203 millions étaient nécessaires pour l’infrastructure des eaux usées. Enfin, Rs 240 millions étaient requises pour l’amélioration des routes et un land drainage and watershed management programme.
Le Grand Argentier a établi une comparaison favorable avec les années précédentes, indiquant que « the supplementary appropriation as percentage of initial appropriation in 2003/04 was 8.3 % and in 2010 it was 3.1 % ». Excluant les dispositions prises pour de futures dépenses sous le National Resilience Fund, le Social Housing Development Fund et le LIF, le surplus budgétaire (2011), dit le ministre, s’élèverait à seulement 1,5 % de la initial appropriation.