Les choses semblent se corser davantage entre le chef juge Eddy Balancy et le représentant légal du Commissaire de police, Karl Mario Nobin, en la personne du Principal State Counsel, Me Yvan Jean Louis, dans le cadre de la motion déposée en Cour suprême par l’avocate Lovena Sowkhee avec pour toile de fond le confinement. L’affaire, qui a été entendue aujourd’ hui, sera reprise demain dimanche.

En effet lors de d’audience de ce jour, le représentant du Parquet a une nouvelle fois demandé au chef juge de la Cour suprême de se récuser dans cette affaire après que des propos qui lui sont imputés aient été repris par la presse . Cette affaire a pris une tournure inattendue lors de la séance d’hier quand le chef juge a été invité une première fois à se récuser par Me Jean Louis. Ce dernier avait mis en avant ce qu’il qualifie de  «parti pris apparent» du chef juge et de «non- respect» des Guidelines for Judicial Conduct en se référant aux propos tenus ultérieurement dans le cadre de cette affaire par Eddy Balancy.

Ce samedi après-midi, le Chef juge  a annoncé qu’il ne va pas se récuser du panel de cinq membres, désignés pour examiner la motion de l’avocate qui conteste la légalité de la procédure imposée aux avocats en cette période de couvre-feu sanitaire dont la procédure de devoir rechercher un memo au préalable de la police pour assister tout client lors d’une enquête policière.

Non satisfait de la posture adoptée par le chef juge, l’avocat du State Law Office a présenté cette deuxième motion en s’appuyant cette fois sur des propos que le No 1 de la Cour aurait tenu sur la manière dont le Curfew Order a été rédigée. Les échanges entre le chef juge et le Principal State Counsel ont été vifs et à un certain moment aujourd’hui. Eddy Balancy lui aurait demandé s’il n’était pas en train de déblatérer à quelques jours de son départ de la Cour suprême.

« I refuse the challenge. Je donnerai mes raisons plus tard » a clairement fait comprendre le chef juge à Me Jean Louis. Il fera part de sa décision sur cette nouvelle demande de se récuser demain matin. 

Affaire à suivre