Les émissions politiques ont débuté hier soir sur la MBC. Pour cette première édition, les dirigeants des partis politiques et des mouvements se sont adressés à la population. Le coup d’envoi a été donné par les ténors de L’Alliance Nationale, de L’Alliance Morisien et du MMM. Le FSM, 100% Citoyens et le Parti Kreol Morisien (PKM), entre autres – ont eu droit à la parole. Cette première émission a duré une heure et 45 minutes et ce sera le cas jusqu’à la veille des élections générales du 7 novembre.

Ramgoolam : « Nous n’avons jamais vu autant de scandales »

Intervenant au nom de L’Alliance Nationale, le leader du PTr qui a pris la parole en dernier, soutient que le pays « a reculé » durant ces cinq dernières années. « Nous n’avons jamais vu autant de scandales. Les Mauriciens sont en train de vivre dans un climat d’insécurité avec ce gouvernement incompétent. Plusieurs ministres ont été forcés de démissionner mais ils sont promis à de grands postes. En 2014, plus de 674 000 personnes ont choisi un Premier ministre et en janvier 2017, une seule personne décide de changer le Premier ministre », déploret-il. L’Alliance Nationale propose ainsi « une rupture pour assurer le futur ».

Pravind Jugnauth et les deux engagements de 2014

Le leader de L’Alliance Morisien, Pravind Jugnauth, a pour sa part rappelé que son gouvernement avait pris deux engagements en 2014 : améliorer le pouvoir d’achat des Mauriciens et reconstruire le pays en relançant l’économie pour plus de création de richesses. Il dit avoir réussi dans ses missions. « Le taux de croissance est de plus de 4% alors que le taux de chômage a baissé. Le Metro Express est l’épine dorsale du pays. Nous avons construit de nouvelles routes, de nouveaux hôpitaux ainsi que de nouveaux complexes sportifs. Nous avons mené un combat contre la mafia de la drogue, entre autres », indique le Premier ministre sortant.

Bérenger privilégie la compétence et l’honnêteté au pouvoir

Le leader du MMM, Paul Bérenger, qui a invité la population à un meeting national le 3 novembre, a demandé à l’électorat de privilégier « la compétence et l’honnêteté au pouvoir » lors des prochaines élections générales. Ouvrant l’émission pour le compte du MMM, Ajay Gunness a déclaré que le gouvernement sortant « a fait pire que l’ancien régime ». Il s’en est pris à sir Anerood Jugnauth pour la passation de pouvoir à son fils, tout en restant et bénéficiant de privilèges de l’État. Il demande ainsi à la population de « voter pour un changement ».

A lire l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 30 octobre.