Naçr prend la direction de l’Etat en se débarrassant de Nagib en 1953. L’Egypte se libère du joug colonial, le contingent militaire britannique quitte le pays. Le 18 juin la République est proclamée, Naçr met en place les structures d’une république laïque, socialiste et révolutionnaire, les anciens partis politiques qui refusent la réforme agraire sont dissous. Devenue l’opposition à Naçr, avec qui elle fraternisait, la Confrérie des frères musulmans est dissoute en janvier 1954 et son nouveau guide, Hassan El-Hudaybi, est incarcéré. Lors d’un discours qu’il prononce à Alexandrie, le 26 octobre 1954, des coups de feu sont tirés contre Naçr, tentative d’assassinat par les Frères. La chasse est ouverte.
La dignité retrouvée, la justice établie, des politiques économique et sociale étant mises en place pour les plus pauvres, Naçr inscrit l’Egypte nouvelle dans son époque, ancrée dans un nationalitarisme arabe ouvert sur le monde. 1954 débute la Guerre d’Algérie, Naçr soutient le FLN (Front de Libération Nationale), contre le pouvoir colonial français. En 1955 des tensions à la frontière est l’obligent à s’armer, les capitales européennes lui refusent les armes ; Naçr en achète auprès du Pacte de Varsovie. La Conférence de Bandung en Indonésie en avril crée le Mouvement des Non Alignés, le Président Subaraya Sukarno est entouré de Naçr, du Premier Ministre indien Jawaharlal Nehru et du Président Josip Broz Tito de la Yougoslavie autogérée et exclue du Kominform. Le Tiers Monde entre sur la scène internationale.
Pour résoudre les problèmes d’électrification et d’irrigation, Naçr décide la construction du Haut Barrage d’Assouan sur le Nil. Les Européens refusent son financement. Il se tourne vers l’URSS et répond en nationalisant le Canal, c’est la Crise de Suez. Il incarne la dignité de tout le peuple arabe dans un discours prophétique et enfiévré. Israël, la France et la Grande Bretagne lancent en juillet 1956 la Campagne militaire de Suez ; l’Union Soviétique et les Etats-Unis n’interviennent pas et c’est la Victoire de Naçr. Il est joint par l’ensemble du Moyen Orient et les peuples du monde combattant pour leurs Libertés. 1958-1961 l’Egypte et la Syrie forment la République Arabe Unie. L’OPEP, Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, est fondée en 1960. L’Egypte intervient au Yémen en 1962-1967 en soutien aux républicains pendant la guerre civile. Durant cette même période c’est l’approfondissement du socialisme par des nationalisations massives, de nouvelles réformes agraires, le Plan Quinquennal est lancé, le pays se dote d’une base industrielle et les conditions de vie des classes moyennes et défavorisées s’améliorent. Le chantier égyptien est confié à Samir Amin, le Ministre des Finances, pour sa mise en oeuvre.
La situation se détériore entre l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), la Syrie et Israël. En mai 1967 l’état juif est prêt à une offensive majeure contre la Syrie. Naçr déploie des troupes au Sinaï, demande le retrait des casques bleus de l’ONU et ferme le Détroit d’Akaba. C’est la Guerre des Six Jours (5 au 10 juin), la défaite et la perte du Sinaï. Il démissionne. Des millions d’égyptiens descendent dans les rues et le rappellent. Il revient et consacre les trois dernières années de sa vie à reconstruire les forces militaires, à déclencher une guerre d’usure contre l’état hébreu, à continuer le développement du pays et à rechercher une solution à la crise entre la Jordanie et l’OLP. Le Raïs décède en septembre 1970. Ses funérailles seront à la hauteur de ce qu’il fut, le Champion du Panarabisme, un Héros et un Mythe. La compagne de Naçr, Umm Kulthûm, Fâtima Ibrâhim, la Diva, est la Voix la plus adulée du monde arabe dès ses débuts en 1922 et encore aujourd’hui.