Le mystère entourant la mort de la sexagénaire est toujours entier. Après avoir procédé à l’interrogatoire des proches de Rookmin Heera, 69 ans, la police passe le voisinage au peigne fin en vue de retrouver l’assassin et de boucler son enquête. 
Rookim Heera a été retrouvée morte sur son lit par son neveu, le 31 décembre 2013. Si dans un premier temps, rien ne laissait présager qu’il s’agissait d’un meurtre, l’examen post-mortem a révélé que la victime a été étranglée. Selon les premières indications, la boutique que tenait Rookmin Heera a été cambriolée. Des bijoux qu’elle gardait dans un tiroir de même que des cartes prépayées de téléphones mobiles et une certaine somme d’argent ont disparu. Le ou les malfrats ont pénétré à travers une fenêtre ouverte.
La victime, qui vivait seule, avait pour habitude d’ouvrir son commerce vers 7h chaque matin pour baisser les volets vers 19h. Des clients habituels venaient, néanmoins, s’approvisionner jusqu’à fort tard. C’est en ne voyant pas le commerce de sa tante ouvert qu’un de ses neveux allait s’enquérir et faire la macabre découverte. La maison est, depuis, placée sous scellés et en constante surveillance par une sentinelle de la police. L’enquête policière est placée sous la responsabilité de la Central Investigation Division (CID) de Souillac en collaboration avec la Major Crime Investigation Team (MCIT).