« Henri Souchon a lutté pour un mauricianisme authentique. » Ce sont les propos de l’évêque de Port-Louis, peu après le décès du Père Henri Souchon, samedi. Homme de conviction et au caractère bien trempé, pour qui la prière et l’action ne font qu’un, le prêtre qui a célébré cette année son 61e anniversaire de sacerdoce, est décrit par le Diocèse de Port-Louis comme un « illustre ancien curé de l’Immaculée Conception ». Henri Souchon, récemment fait chevalier de la Légion d’honneur par l’ambassadeur de France, Jean-François Dobelle, pour ses éminentes qualités morales, son engagement constant dans le rapprochement des cultures et des religions, s’est éteint ce samedi 14 septembre, en sa résidence de Bonne-Terre. Survol du parcours étonnant de cet homme de Dieu qui était foncièrement un homme du peuple.
« C’est une figure qui a marqué beaucoup de prêtres, religieux, religieuses et laïcs du diocèse. J’étais moi-même adolescent lorsqu’il était curé à Notre Dame de Lourdes à Rose-Hill et il m’a beaucoup encouragé sur mon chemin de vocation ; comme il a encouragé tant et tant d’autres jeunes. Père Souchon a aussi été une grande figure du pays. Il a lutté pour un mauricianisme authentique. Il a été très présent autour de ses frères et soeurs d’autres religions. Il a été très présent dans la presse au lendemain de l’indépendance. Il a permis au pays de trouver son identité et d’en être fier. » C’est ainsi que l’évêque s’est souvenu du Père Souchon peu après les nouvelles de sa disparition.
Henri Souchon est né à Curepipe en 1924, dans une fratrie de neuf enfants. Ancien élève du collège Royal de Curepipe, ce neveu de Malcolm de Chazal a été ordonné prêtre le 12 avril 1952 en l’Église des Douze Apôtres à Rome après 7 ans d’études de philosophie et de théologie en latin.
Le jeune prêtre débute son ministère dans la paroisse de Notre Dame de Lourdes à Rose-Hill aux côtés de Jean Margéot. Il est ensuite nommé curé de la paroisse de l’Immaculée Conception à Port-Louis en 1970. En mars 2001, il se voit remettre la citoyenneté d’honneur de la capitale par la municipalité de Port-Louis. En mars 2011, il prend sa retraite en tant que curé de l’Immaculée Conception. La même année, il reçoit de l’État mauricien la prestigieuse décoration GOSK (Grand Officier de l’étoile et de la clé de l’océan Indien). Cette année, le 12 avril, le prêtre a célébré ses 61 ans de sacerdoce. Et, le 26 juillet, il reçoit les insignes de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur par Jean-François Dobelle, ambassadeur de France à Maurice.
Le Père Henri Souchon a été très actif au Couvent de Bonne-Terre, s’engageant notamment dans la construction de l’école Oasis de Paix à Pointe-aux-Sables, à l’intention des jeunes ayant échoué au CPE.