La Major Crime Investigation Team (MCIT) sollicitera l’avis de l’Office du Directeur des poursuites publiques (DPP) sur le sort du constable Veerasamy, qui a abattu Bhavish Rosun (22 ans) de trois balles le 2 janvier alors que ce dernier avait menacé d’agresser son épouse et ses deux enfants à coups de sabre.

« À ce stade, il n’y a aucun élément pouvant établir qu’il s’agit d’un homicide », avancent des sources officielles aux Casernes centrales. « Mais il n’est pas exclu qu’une enquête judiciaire soit instituée sur ce cas. Tout dépend de ce que décidera le DPP à la lumière de nos conclusions », ajoute-t-on.

Pour le moment, la police n’a arrêté qu’un suspect, à savoir Manishsing Rosun, frère de Bhavish. Ce dernier, âgé d’une vingtaine d’années, est provisoirement accusé de “failing to give assistance to person in danger”. Il n’a pas laissé entrer la police dans la maison alors que son frère s’en prenait à sa femme et à ses enfants. Il a gardé le silence lors de son interrogatoire après son arrestation.

Contrairement à sa belle-sœur, Sheena Rosun, âgée de 24 ans, a expliqué en détail les circonstances de son agression. « Bhavish ti pe tap mwa kout tiyo. Li blok mwa dan lakaz. Mo zanfan (âgés d’un an et de deux ans) ti a kote mwa », a-t-elle raconté aux enquêteurs.

Et d’ajouter dans sa version des faits : « Li pran mo garson (un an) dan so lamin et avoy premie kout sap. Pa ariv nanyen. Deziem kout sap, mo esay separe. Mo tipti inn gagn sa lor so latet. Ler trwaziem kou, li ramas sab pu tap mwa, bann polisie la inn tir lor li. » Sa déclaration a été confirmée par le constable Veerasamy qui souligne que Bhavish « lirod tap zanfan la ankor kout sap » et que « inn bizin tire pou sov lavi ».

Par ailleurs, l’enfant blessé à la tête est toujours en observation à l’hôpital de Candos où sa santé est jugée stable. Il a été rejoint par son frère aîné (deux ans) hier. Même si ce dernier n’a subi aucune blessure physique, il est traumatisé.

Sa grand-mère a sollicité l’assistance d’un psychologue de la Child Development Unit. Alors que des responsables de la Family Protection Unit ont également visité Sheena Rosun pour l’encadrer.

C’est dans la soirée du 2 janvier que ce drame s’est produit après une dispute entre le couple. Bhavish Rosun avait séquestré son épouse et ses enfants dans la maison et les aurait agressés.

À l’arrivée d’une équipe de l’Emergency Response Service, le jeune homme leur a refusé l’accès à l’intérieur. Il a pris un sabre et devait menacer de tuer Sheena Rosun et ses enfants. Il avait d’ailleurs déjà assené son benjamin d’un coup de sabre à la tête et s’apprêtait à s’acharner sur les victimes quand le constable Veerasamy a tiré sur lui à travers une fenêtre endommagée.

L’autopsie a noté que ce dernier a reçu deux coups de balle à l’abdomen et un au cou. La cause de son décès a été attribuée à un “gunshot to the chest”.