Le président de la Government Hindi Teachers Union (GHTU) Suttyhudeo Tengur estime, en se référant à la présentation du Budget 2015 le 23 mars, que l’heure est arrivée pour l’Alliance Lepep de tenir ses engagements. « L’euphorie qui avait gagné tout le pays durant la campagne électorale de décembre sous la forme du slogan “Vire Mam” est encore vivante dans l’esprit des gens », écrit-il dans la dernière livraison du magazine Akrosh, publié cette semaine.
Suttyhudeo Tengur écrit : « Considérant le track-record de sir Anerood Jugnauth dans les années 90’, la population a de grandes attentes de son gouvernement et espère des changements significatifs qui auraient un impact important dans leur quotidien. » Il poursuit : « Le petit peuple, qui n’a rien à faire avec les businessmen, espère voir des mesures gouvernementales qui auront des effets positifs sur l’inflation, l’éducation, les impôts, le logement, la santé… Bref, sur tout ce qui touche à leur vie. » Pour lui, il n’y a « aucun doute » que la présentation du Budget est « le meilleur moment pour s’occuper des questions qui préoccupent » la population. Suttyhudeo Tengur souligne aussi que le Budget sera présenté dans un contexte où le prix du pétrole a chuté, pour atteindre environ USD 50 le baril. Cependant, ajoute-t-il, « this is not being passed on to the general public ». II est donc d’avis que le gouvernement devrait baisser les prix des produits pétroliers, vu la baisse du prix de ce carburant sur le marché mondial. Le président de la GHTU rappelle que le prix du pétrole affecte également le coût de beaucoup d’autres choses, comme le transport, les matières premières, les fruits et légumes ainsi que les articles de consommation courante dans les supermarchés.
Suttyhudeo Tengur estime par ailleurs que de nombreux étudiants éprouvant des difficultés à trouver les moyens de financer leurs études tertiaires « suivront de près » le discours du Budget, qui sera lu par le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo. Il est aussi d’avis que le gouvernement « devrait voir du côté du taux d’épargne » en améliorant le taux d’intérêt afin d’encourager la population à épargner, mais aussi augmenter la limite pour les impôts, entre autres, ou encore offrir davantage d’incitations financières aux agriculteurs. « L’heure de vérité a sonné et tous les yeux sont braqués sur le 23 mars. Au gouvernement maintenant d’honorer ses promesses », conclut-il.