À multiples enjeux ! Voilà comment se présente la Coupe d’Or 2017 qui, pour la deuxième année consécutive, bénéficie de l’apport financier du groupe Swan. À multiples enjeux car elle pourrait être déterminante dans la course au titre chez les entraîneurs. Avec une dotation de Rs 720 000 au vainqueur, Gilbert Rousset ou Rameshwar Gujadhur, les deux engagés dans cette course, fera un grand pas vers le sacre en cas de victoire. Cette Coupe d’Or aura aussi son pesant d’or dans l’attribution du titre de cheval de l’année et de celui du meilleur miler. Mais ce qui monopolisera le plus l’attention, c’est l’exploit que tentera de réaliser Ramapatee Gujadhur qui, pour la deuxième fois, part à la conquête du Grand Chelem.
On se souviendra qu’en 2015 l’entraîneur avait échoué dans cette mission avec les défaites de Kremlin Captain (Callow) et de Bulsara (Bhaugeerothee), alors qu’il avait remporté la Duchesse (Silver Bluff), le Barbé (Bulsara) et le Maiden (Vettel). Ramapatee Gujadhur s’accorde donc une seconde chance de faire son entrée au panthéon du turf et force est d’admettre que, cette fois, il est mieux placé avec trois chevaux défendant ses couleurs.
À bien voir, Ramapatee Gujadhur a toutes les cartes en main, dans le sens où ses trois chevaux excellent dans différents registres. Enaad, le fer de lance, sera piloté Steven Arnold. Le fils de High Chapparal se passe de présentation car il est ni plus ni moins que le dernier vainqueur de la Maiden Cup, la plus prestigieuse course de notre calendrier, qu’il a remportée haut la main. En classe pure, Enaad, qui excelle au finish, n’a pas d’égal dans cette épreuve pour s’être adjugé la Gold Cup dans son pays d’origine, une compétition dotée de 1 250 000 rands. En parcourant la carte, on trouve qu’aucun de ses adversaires n’a couru, encore moins triomphé, en aussi bonne compagnie en Afrique du Sud. Le Mauritian Rating qu’on lui a attribué à son arrivée dans l’île en dit long sur sa valeur (voir tableau).
Risque calculé
Le seul hic à son sujet est qu’il tente la difficile transition course de fond-mile. Mais à voir de plus près, autant dire que cela a été voulu et le risque calculé. En effet, tout a été fait pour que la transition se fasse en douceur, d’où son ancrage dans le temps. C’est ainsi qu’Enaad reprendra la compétition huit semaines après son éclatante victoire dans le Ruban Bleu, faisant même l’impasse sur le 175e Anniversaire du MTC (2200m), une course qui était largement à sa portée. Ramapatee Gujadhur a sans doute voulu avoir son poulain aussi frais que dans le Barbé, où il avait terminé à la vitesse du vent malgré une course courue à une allure d’enterrement. Si on part du postulat qu’il devrait être plus au point physiquement que dans le Barbé et qu’il devrait bénéficier d’un meilleur rythme, Enaad se présente comme le cheval à battre dans cette Coupe d’Or 2017. En cas de victoire, il prendra une sérieuse option sur le titre de cheval de l’année, tout en se mettant dans une position préférentielle pour le titre de meilleur miler.
Pour être à l’abri de toute mauvaise surprise de la part de ses adversaires, Ramapatee Gujadhur a engagé deux autres chevaux, Tandragee et Ready To Attack. Le premier, brillant vainqueur du Barbé à l’aube de ses neuf ans, a été confié à Sunil Bussunt. C’est un cheval doté d’un bon pas initial et on peut penser que son rôle sera de s’assurer que ça roule à l’avant. Mais on se tromperait lourdement si on ne voit en lui qu’un cheval de jeu car, outre le Barbé, Tandragee a à son tableau de chasse la Coupe d’Or, qu’il a remportée en 2012. Il a donc la pointure d’une telle épreuve. Il a du reste été préféré à Kremlin Captain.
Ready To Attack, l’autre Gujadhur de service, semble moins bien loti à poids d’âge, mais il aura l’avantage d’être piloté par Imran Chisty, qui a toujours bien fait quand les Gujadhur ont fait appel à lui. Le vainqueur de la Duchesse 2017 n’a validé son ticket qu’à la dernière minute en disposant d’un champ relativement moyen. Pour qu’il l’emporte, il faudra que les circonstances lui soient on ne peut plus favorables.
Rousset et R. Gujadhur : title decider ?
Du côté de l’entraînement Rousset, on nourrit un silent hope vu qu’une victoire sera synonyme d’un septième titre pour cet établissement. Mais Gilbert Rousset et Soodesh Seesurrun sont conscients de la tâche qui attend son trio Prince Of Thieves-Karraar-Scotsnog. Contrairement à Enaad, ces trois chevaux ne sont pas du sérail de l’élite et n’ont atteint ce niveau qu’au fil des compétitions qu’ils ont remportées. Le premier, qui sera piloté par Nishal Teeha, ne compte qu’une seule victoire cette saison, lorsqu’il avait disposé de son compagnon d’entraînement Karraar. Il n’a jamais été surclassé à ce niveau, que ce soit dans le Barbé ou dans la Princess Margaret Cup. Pour qu’il l’emporte, il faudra qu’il trouve une bonne position dans le dos des animateurs, tout en tentant de prendre le first run sur les finisseurs que son Enaad et Oomph.
Pour sa part, Karraar a été confié à Rye Joorawon, un habitué de ce rendez-vous pour avoir remporté la Coupe d’Or en cinq occasions (2007, 2008, 2012, 2015, 2016). Cet imposant coursier reste sur une brillante victoire acquise de bout en bout dans le Colonel Draper Cup. En l’absence d’un véritable frontrunner, Karraar voit ses chances augmenter étant donné qu’on ne lui prévoit pas une physionomie de course comme la saison dernière, où il avait dû subir l’épreuve sans être pour autant surclassé. S’il nous rejoue la même partition que la dernière fois, il faudra aller le chercher. En ce qu’il s’agit de Scotsnog, confié à Kersley Ramsamy, il n’avait pas si mal couru si on considère qu’il faisait la délicate transition 2400m-1400m. De sa 4e ligne, il devrait se trouver dans une bonne position et une place sur le podium est largement dans ses cordes.
Tout comme Gilbert Rousset, c’est avec un silent hope que l’entraînement Rameshwar Gujadhur attaquera cette Coupe d’Or. Plus que son collègue, un habitué des titres, il a lui rarement l’occasion de jouer les premiers rôles. Avec seulement un demi-million de roupies de retard sur le champion en titre, autant dire qu’il saisira sa chance des deux mains. Mais son représentant, Hard Day’s Night, meilleur 4-ans 2017, est loin d’être une première chance, étant désavantagé au niveau du handicap. Véritable one-pacer, il tentera de lancer son attaque de loin en espérant que ses adversaires soient pris au dépourvu.
Speed Limit, de l’entraînement Ricky Maingard, se trouve dans le même cas de figure que Hard Day’s Night, étant nettement désavantagé dans une course à poids d’âge. Il jouera son va-tout dans la partie initiale, car même s’il a démontré qu’il peut venir au finish, on ne le croit pas meilleur qu’Enaad dans ce registre.
Oomph, le pari de J.M. Henry
Reste Oomph, de l’entraînement Jean-Michel Henry. Le meilleur 3-ans n’a cessé de monter en puissance depuis que son entourage a réglé ses soucis de départ. La force de ce compétiteur réside dans sa pointe de vitesse terminale. Mais à ce niveau, on est d’avis qu’il n’a pas droit à l’erreur, étant donné que tout faux pas pourrait lui être préjudiciable. Il y a aussi les 1600m qu’il négocie pour la première fois de sa carrière. Mais son entraîneur est d’avis qu’il peut se montrer compétitif, même à ce niveau. Vu qu’il est en pleine ascension, sa candidature mérite un certain crédit, même si on pense qu’entre Enaad et Act Of Loyalty, il n’y a pas photo. Jean-Michel Henry présente aussi Easy Lover, runner-up de Ready To Attack dans la Duchesse. Ces dernières performances n’incitent pas à l’optimisme et le voir s’imposer constituerait une surprise.
Quant à Dreamforest, il semble toujours à la recherche de ses marques au Champ de Mars et à moins qu’il n’ait accompli de gros progrès, on le voit difficilement jouer les premiers rôles dans ce lot.