Swapneel Rama connaît un début de saison des plus laborieux. Si à pareille époque la saison dernière il pointait à la troisième place au classement des jockeys avec 17 victoires, soit deux de moins que le leader d’alors, Rye Joorawon, cette année, on le retrouve dans le ventre mou du classement avec seulement quatre petites réussites, dont la dernière remonte à samedi dernier avec Var’s Dream. S’il accueille cette victoire avec beaucoup de satisfaction, le jockey mauricien reste très terre à terre. Il se dit conscient que les victoires ne tomberont pas toutes les semaines.
« Comme je l’ai dit la dernière fois après la victoire de Dustan, ce n’est pas évident de remporter des courses lorsqu’on on évolue en freelance. Cela pour la bonne et simple raison qu’on nous attribue souvent des secondes chances », fait-il comprendre d’entrée de jeu. « Je suis réaliste. Je suis conscient que je ne gagnerai pas des courses toutes les semaines. Avec les moyens du bord, j’essaye de tirer au maximum mon épingle du jeu. J’en profite pour remercier l’entourage de Var’s Dream, dont l’entraîneur Amardeep Sewdyal, de m’avoir confié cette monte. Ce n’est jamais facile de remporter des courses au Champ de Mars et cette victoire ne peut que me booster le moral. »
Justement, quelles chances accordait-il à Var’s Dream, qu’il retrouvait cette fois en outsider (11/1), surtout qu’il avait hérité d’une très mauvaise ligne (10e) dans les boîtes de départ ? « Personnellement, je pensais qu’elles furent loin d’être évidentes, surtout avec la présence de plusieurs chevaux rapides à mon intérieur. Je savais qu’il ne pourrait mener les débats, mais sa vélocité aidant, il a pu trouver une bonne position sur les barres juste derrière les meneurs. À partir de là, il s’est bien détendu et je me suis dit qu’il aurait son mot à dire au finish. Pour l’avoir déjà piloté lors de la 10e journée, je savais qu’il n’allait pas jeter les armes dans la dernière ligne droite car c’est un cheval généreux dans l’effort. »
« Karraar meilleur sur 1600m »
Suite à la suspension de Brandon Lerena avec effet immédiat, Swapneel Rama se vit attribuer deux montes du Sud-Africain, Karraar et Top Of The Rock. Présenté comme un sérieux prétendant à la victoire dans les Winter Stakes, le premier nommé courut nettement en deçà des prévisions, ne pouvant faire mieux que 5e, à 4,17L de Solar Star. Swapneel Rama est d’avis que le fils de Reaan a peut-être trouvé les 1850m trop longs pour ses réelles aptitudes. « Il a certes dû travailler pour prendre le commandement, mais je m’attendais à mieux de sa part dans la dernière ligne droite. Surtout qu’après cet effort initial, j’ai tenté de le monter à l’économie. Je pense qu’il est meilleur sur 1600m qui, selon moi, reste son meilleur parcours. »
De Top Of The Rock, 3e à 1,75L de Dealer’s Charm, la cravache mauricienne dira que c’est un coursier qui peut frapper à sa prochaine sortie. « Il s’est montré un peu green dans la dernière ligne droite en allant chercher l’appui des barres. D’un point de vue global, je dirai qu’il n’a pas démérité, surtout après un parcours difficile le nez au vent. C’est un coursier qui a suffisamment de potentiel pour bien faire à Maurice. »
Il y a aussi Red Hot Poker qui n’est pas passé inaperçu dans l’épreuve de clôture en dépit de n’avoir pas eu toutes ses aises dans les 50 derniers mètres. « Je ne peux dire s’il aurait gagné car il y avait plusieurs chevaux qui terminaient aussi fort que lui, mais c’est sûr qu’il aurait terminé dans le quarté. Malheureusement, j’ai dû le reprendre. C’est un coursier qui briguera définitivement une victoire d’ici à la fin de la saison. »
Quant à Silver Snaffles, dont on pensait pouvoir tenter le coup tactique à l’avant, il n’a été que l’ombre de lui-même. « Je suis très déçu de sa course car je m’attendais à mieux. Independence m’a fait travailler quelque peu et ce n’est qu’au poteau des 1000m que j’ai pu prendre les devants. Mais par la suite il n’a pu maintenir le tempo, s’effaçant complètement aux 400m. À mon avis, il mérite un break. »