Sur le papier, Swapneel Rama était le jockey à suivre lors de cette 30e journée, avec presque une full card à sa disposition. Si les chevaux les plus suivis étaient Racing For Fun et Netflix, c’est sur l’outsider Galtero que le Mauricien s’est signalé dans la deuxième épreuve au programme.  «  Je m’attendais à une belle journée, mais mieux vaut une victoire que de rentrer bredouille. Dans l’absolu je ne peux pas me plaindre avec une réussite et deux 2es places, mais dans le relatif, je m’attendais à mieux, surtout que j’avais quelques bonnes montes. »
Revenant sur sa victoire, il devait d’emblée dire que Galtero est un compétiteur qu’il a découvert en course samedi dernier. « Je n’ai pas eu l’occasion de le piloter à l’entraînement avant cette course. Les instructions étaient de trouver une bonne position dans le peloton de tête et le détendre avant d’amorcer mon attaque au dernier virage. Le cheval a répondu favorablement à mes sollicitations et je dois dire qu’il l’a fait dans un joli style, ce qui est de bon augure pour l’avenir. »
Galtero, faut-il le souligner, n’est pas un sujet dénué de moyens. S’il était toujours à la recherche de ses repères sur notre hippodrome lors de ses deux premières tentatives, il n’avait pas été piloté judicieusement par Girish Goomany à sa troisième participation. C’est un compétiteur bien estimé par son entourage et qui devrait encore faire parler de lui la saison prochaine avec un brin de maturité.
Si Galtero constituait une petite surprise pour notre interlocuteur, en revanche, c’est avec des ambitions de faire un doublé qu’il a abordé l’épreuve suivante sur Gameloft, un cheval qu’il connaît pour l’avoir mené à la victoire en 2015. Bien placé durant le parcours, Gameloft s’est montré combatif mais a dû courber l’échine face à la supériorité de Skip The Red. « J’accordais une bonne chance à Gameloft dans ce champ, mais je respectais beaucoup Skip The Red, qui restait sur deux victoires convaincantes. Je dois dire que même s’il nous a quelque peu incommodés sur la fin, il nous a battus à la régulière. »
Par contre, Swapneel Rama s’est dit quelque peu déçu de la performance de Jay Jay’s Wild, Racing For Fun et de Netflix, mais estime qu’ils ont tous des excuses à faire valoir pour expliquer leurs contre-performances. « Jay Jay’s Wild a eu un parcours difficile et n’avait plus de ressources sur la fin. Cette performance doit être ignorée. Racing For Fun, quant à lui, n’a peut-être pas apprécié la piste détrempée. C’est un cheval courageux qui donne toujours le meilleur de lui-même. Il devrait mieux faire la prochaine fois sur une piste normale. En ce qui concerne Netflix, le plan était de prendre la tête, mais quand j’ai vu Everest partir sur des bases élevées, j’ai préféré le suivre tranquillement. Malheureusement, le cheval a manqué de finish en ligne droite, se faisant battre par un très bon Ready To Attack. »
En ce qu’il s’agit d’Arctic Flyer, sa prestation est jugée comme très satisfaisante, compte tenu du fait qu’il abordait les 1500m pour la première fois de sa carrière et qu’il s’est élancé d’un mauvais numéro dans les stalles de départ. « Je suis satisfait de la course d’Arctic Flyer, qui a dû faire un effort pour prendre les devants. Le cheval s’est montré très keen par la suite, d’où l’impression qu’il allait vite et il a manqué de punch en ligne droite, sans pour autant démérité. » Le cavalier mauricien estime que les 1500m sont un peu excessifs à ce stade pour Arctic Flyer et qu’il fera mieux sur un parcours réduit la prochaine fois.
Le plus grand regret de la cravache mauricienne reste indéniablement la courte défaite de Halabaloo dans l’épreuve de clôture. « Je pensais avoir fait le plus difficile à 100m du but, quand j’ai pris la mesure du meneur, mais ce dernier est reparti à ce moment précis pour me battre d’une demi-longueur. »
Avec une victoire de retard sur Jeanot Bardottier, qui purge actuellement une suspension, Swapneel Rama, qui évolue en freelance, peut toujours espérer être de la partie lors du week-end international, qui aura lieu les 2 et 3 décembre.