Pour marquer la Journée internationale des droits de la femme, célébrée hier,jeudi 8 mars  les membres de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU) ont effectué hier un dépôt de gerbes devant la statue d’Anjalay Coopen, située dans l’enceinte du New Human Rights Centre, à Port- Louis.

« Anjalay Coopen est un signe de liberté des travailleurs. Sa bataille n’a pas été de tout repos », explique le président de ce corps syndical, Narendranath Gopee, qui fait rappe- ler comment la défunte a lutté contre les conditions difficiles de travail, en 1937, à l’usine de Belle-Vue Harel. Une bataille qui lui a coûté la vie.

Narendranath Gopee demande aux femmes de s’inspirer du combat d’Anjalay Coopen, tuée par balle suite à une grève. « Elle a donné sa vie pour libérer les travailleurs. Il faut que les femmes puissent s’inspirer d’Anjalay Coopen et participer aux mouvements syndicaux », dit-il, ajoutant que le Bureau international du travail (BIT) y met davantage l’accent. Le président regrette que la participation féminine dans les mouvements syn- dicaux soit « presque inexistante ». Pour lui, les femmes doivent participer dans les batailles syndicales et adopter le dévouement d’Anjalay Coopen pour l’intérêt de tous les travailleurs du pays.