Atma Shanto, président de la Fédération des travailleurs unis (FTU) et les huit autres syndicalistes arrêtés devant le parlement le lundi 14 novembre, ont été entendus ce matin devant la Commission des Droits de l’Homme aux alentours de 9 h 30. Accompagnés par leur homme de loi Me Dev Ramano, ils ont logé une plainte formelle contre le Commissaire de Police Dhun Iswar Rampersad.
Les syndicalistes, qui manifestaient contre l’établissement hôtelier La Plantation, ont été arrêtés par la Central Investigation Division de Port-Louis Sud sous une charge d’« obstructing the free passage of pedestrian » alors que les débats sur le Budget 2012 à l’Assemblée nationale se poursuivaient lundi.
Une plainte formelle de « breach of fundamental rights » a été logée ce matin sous trois volets : « Freedom of Assembly » sous l’article 13 de la Constitution, « Freedom of expression » sous l’article 12 de la Constitution et « Breach of personal liberty of movement » sous l’article 5 de la Constitution. Dans une brève déclaration au Mauricien après son passage à la Commission des Droits de l’Homme, le président de la FTU a expliqué que « nous considérons qu’il y a eu une arrestation arbitraire et illégale ».