La Ministry of Health Employees Union (MHEU), en collaboration avec la Fédération of Civil Service et la FCSOU, a tenu un point de presse ce matin. A cette occasion, son président, Amarjeet Seetohul, a évoqué la situation qui prévaut au ministère de la Santé où, dit-il, « le dialogue est quasi inexistant » entre les syndicats et le ministre de tutelle.  
La Ministry of Health Employees Union (MHEU), par la voix de son président, Amarjeet Seetohul, est revenue sur la situation au sein du ministère de la Santé lors d’un point de presse ce matin. Il a ainsi dit regretter « le dialogue quasi inexistant » qui prévaut entre le ministre et le corps syndical. Selon lui, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, « a projeté sa vision d’une île Maurice moderne pour la période 2020/2030 », avec l’objectif d’atteindre le chiffre de croissance de 20,7%. « Mais pour y arriver, poursuit l’intervenant, le secteur public a un rôle important à jouer ». Il enchaîne : « Le Premier ministre a montré l’exemple en réunissant le secteur privé et le secteur public. Il a enclenché des démarches en vue de jeter des bases solides pour sa vision de Maurice à l’horizon 2020/2030. »
Amarjeet Seetohul se dit cependant « déçu » de « l’absence de coordination » entre le management, le ministère de la Santé et les syndicats. « Quand elle était ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee se faisait toujours un devoir de garder un réel équilibre entre le management et les syndicats. Or, depuis un an déjà, nous n’avons eu aucune rencontre avec Anil Gayan, l’actuel ministre de la Santé. C’est le statu quo. Il y a un manque cruel de communication. »  Selon lui, le PRB « n’est pas une plateforme de discussions » entre les syndicats et le management. « Li extreman difisil pu expos problem kan managment minister pena droit a discussyon ek syndica. Nu krwar kapav amen changman dan system et fair li impakte positivman lor kalite servis. » Il poursuit : « J’ai entendu Alain Wong parler sur la formation. Un des plus gros problèmes auquel le ministère de la Santé fait face actuellement consiste en un manque de personnel. Il n’y a pas assez de ressources humaines et la qualité du service s’en fait sentir. Cela fait plus de dix ans qu’il n’y a eu aucun recrutement concernant les Health Assistant. » Selon lui, Maurice ne pourra devenir un “medical hub” en Afrique « que lorsque le service dans les hôpitaux sera rehaussé ». Il reprend : « Le ministre de la Fonction publique a dit qu’il mettra l’emphase sur l’information, mais le ministère ne prend pas en considération la proposition des syndicats. Nous pensons que le  secteur de la Santé ne connaîtra une réelle progression que lorsque la communication deviendra fluide. Or, les réunions avec le ministère de la Santé sont inexistantes. Le dialogue social n’existe pas au niveau du ministre de la Santé. »