Perte de casiers à la suite des récentes houles dans le sud, pollution entraînée par le vraquier panaméen échoué sur les récifs au nord-est de Maurice empêchant les pêcheurs de Poudre d’Or d’opérer et le VRS de la communauté des pêcheurs qui n’a pas abouti… Autant de doléances présentées par le syndicat des pêcheurs à un point de presse ce matin, au Centre social Marie Reine de la Paix. Les représentants ont fustigé le ministre de la Pêche Nicolas Von Mally qui « n’est jamais sur le terrain ». Selon le syndicat, « le secteur de la pêche est dans une situation très critique ».
Des trois secteurs alimentaires (les deux autres étant la plantation et l’élevage), la pêche est le moins développé, soutient Judex Ramphul. « Depuis toutes ces années d’existence à Maurice, la pêche se fait toujours de manière artisanale contrairement aux autres développements connus dans le pays », dit le président du Syndicat des Pêcheurs. Pourtant, selon lui, ce n’est pas faute d’avoir présenté « plusieurs revendications depuis les six ans et demi que ce gouvernement est au pouvoir ».
Avec le cargo panaméen transportant 30 000 tonnes de riz qui s’est échoué à moins de trois milles nautiques de Poudre-d’Or, les pêcheurs opérant dans ce lagon en appellent au gouvernement pour leur prêter main forte. Depuis hier, indiquent-ils, un communiqué a été émis à leur intention leur demandant de ne pas pêcher dans cette zone tant que durera le problème. « Sa bato-la, li ena boukou deluil lourd. La sityasyon kritik. Bato pou pomp deluil mem pa pe kapav kar lamer reuf. »
Le Syndicat des Pêcheurs dit ne pas comprendre « pourquoi les autorités concernées n’ont pas pris tout cela en considération. Il y a des garde-côtes, il y a plusieurs types de communication, comment n’a-t-on pas pu éviter que ce navire échoue sur les récifs ? Il y a eu manque de vigilance ».
Les représentants du syndicat lançent un appel au gouvernement pour qu’un comité de soutien soit mis sur pied pour aider les pêcheurs. Selon un pêcheur de Poudre-d’Or, « deluil blan pe sorti, poisson pa pou vini ». Soutenant bien connaître la mer comme tout pêcheur, Judex Ramphul observe que « ban gard pe bar lagon. Or, le travay bizin fer en deor lagon ».
Les représentants du Syndicat des Pêcheurs regrettent par ailleurs n’avoir pas été prévenus plus tôt des récentes houles dans le sud du pays. « Les garde-côtes nous ont avertis le mardi 2 août vers 13 h, nous disant que les raz-de-marée se manifesteraient le lendemain matin. Nous n’avons pas voulu prendre le risque en reprenant la mer pour récupérer nos casiers. »
Un pêcheur de Baie-du-Cap témoigne : « li vreman imans sa laoul-la. Nou kasie fin eksploze. » Cinq jours après, il n’y avait plus aucun casier. Les pêcheurs concernés soutiennent avoir pris contact avec le ministère de la Pêche. « On nous a répondu que le ministre est à Rodrigues. » Pour le syndicat, « le problème est grave. L’été arrive bientôt et nous n’avons pas d’outil de pêche ! »
Aux représentants d’ajouter : « Aucune autorité concernée n’est venue constater notre problème. Le ministre Von Mally n’a pas d’électorat à Maurice. Il n’est pas sensible aux problèmes des gens du Sud. Nous ne le voyons pas du tout quand il y a ces problèmes. Nous réclamons sa démission. »
S’agissant du VRS des pêcheurs selon lequel le Syndicat a soumis un mémorandum en 2008 aux autorités concernées « en vue d’alléger le fardeau des pêcheurs », le Syndicat des Pêcheurs regrette que « rien n’a été réalisé ». Ils réclament une aide aux pêcheurs âgés. « Si rien n’est fait en ce sens, nous nous présenterons en masse devant le ministère. » Judex Ramphul a aussi annoncé l’intention du Syndicat de rencontrer bientôt le leader de l’Opposition Paul Bérenger à ce sujet.