« La situation reste difficile dans l’industrie sucrière », a soutenu le ministre de l’Agro-industrie, qui s’adressait ce matin à l’Assemblée générale annuelle du Syndicat des Sucres. La réunion a vu également l’élection d’Hector Espitalier-Noël à la présidence de l’organisme.
Dans son intervention, Mahen Seeruttun a observé que l’industrie sucrière fait face à de grandes difficultés en ce moment, suite à la baisse drastique du prix du sucre sur le marché d’exportation ces dernières années. « La situation n’est guère reluisante pour cette année, car le prix restera toujours bas malgré une légère augmentation notée ces derniers temps. D’après les estimations du Syndicat des Sucres, le prix pourra tourner autour de Rs 13 000 la tonne comparé à Rs 12 693 pour 2014 », a déclaré le ministre de l’Agro-industrie.
Mahen Seeruttun estime que la situation sera encore plus critique en 2017 quand le quota interne de sucre sur le marché européen sera aboli. « Cette situation placera les betteraviers européens dans une position de force qui pourrait nuire à nos exportations sur ce marché ».
Le ministre a aussi souligné la compétition rude à laquelle doivent faire face les producteurs mauriciens. « Aujourd’hui le sucre est devenu une commodité tellement compétitive que personne ne nous fera de cadeau ». Il a tiré ainsi la sonnette d’alarme contre le dumping, une pratique utilisée par beaucoup de pays exportateurs de sucre. « Nous devrons prendre des dispositions pour protéger notre industrie locale », a-t-il souligné.
Le ministre a rappelé que le gouvernement a approuvé le paiement d’une compensation de Rs 2 000 par tonne de sucre aux assurés du Sugar Insurance Fund, afin d’alléger leur fardeau suite à la baisse de prix du sucre. Un effort spécial a été fait pour les petits planteurs produisant jusqu’à 60 tonnes de sucre, qui se sont vus octroyer un paiement additionnel de Rs 1 400 par tonne. De plus, tous les planteurs ont été exemptés du paiement de la prime d’assurance pour la récolte 2014.
En ce qui concerne le rapport de Landell Mills Commodities Ltd sur les réformes à apporter dans l’industrie cannière, il a rappelé qu’un Comité d’implémentation de haut niveau a été institué pour étudier et voir la mise en application des recommandations.
S’agissant de la bagasse, le ministre de l’Agro-industrie a donné l’assurance à la communauté des planteurs que le gouvernement veillera à ce que son prix soit augmenté le plus tôt possible une fois les discussions entamées.
Mahen Seeruttun a souligné l’importance du secteur sucrier qui a contribué grandement au développement du pays et aura toujours un rôle important à jouer en termes non seulement de production de sucre, mais aussi d’énergie, de production d’éthanol, de préservation de l’environnement et de prévention de l’érosion du sol. Le ministre a souligné l’importance de l’innovation et la recherche « car la canne à sucre est une plante complète et il y a encore d’autres avenues à explorer ».