Intervenant hier lors d’une conférence de presse au siège de la Federation of Civil Service & Other Unions (FCSOU), Narendranath Gopee a vivement dénoncé « l’ingérence politique » à la MBC et celle du commissaire des prisons dans le fonctionnement de la Prison Officers Association. Il a affirmé avoir alerté, dans le premier cas, le Premier ministre, et dans le second, la présidente de la République et le Bureau international du travail (BIT)
« La MBC est un bien national qui appartient au peuple, qui paie les redevances. Le peuple a par conséquent le droit de commenter ce qui se passe à la MBC. C’est pourquoi que nous, à la FCSOU, nous condamnons vivement les derniers remous qui ont secoué notre radio/télévision nationale quand le gouvernement a pris la décision de suspendre le directeur général de la MBC, Meckraj Baldowa, ainsi que le Head of News, Jagdish Jatoo », a lancé le président le la FCSOU, Naraindranath Gopee. « Linzerans politik dan MBC li grav. Fode pa servi MBC kuma enn bwat propagan pou gouverma ou pou politisien. Nou kondann gouvernma pou so linzerans politik dan MBC », s’est-t-il écrié.
Selon le syndicaliste, le nouveau directeur de la MBC, Meckraj Baldowa, aidé de son personnel, faisait de son mieux pour redorer le blason de la MBC. « Gouvernma ek bann politisien bizin bien konpran ki MBC par kapav travay sou diktat gouvernma, sou diktat politisien ! » s’est-il emporté.
Naraindranath Gopee a qualifié de « grave » le fait de révoquer le directeur général de la MBC « alors qu’il n’a été nommé qu’il y a à peine trois mois et qu’il est en train de faire son mieux » à la station nationale. « Si ena zordi otan kritik kont MBC, se parski linn vinn enn bwat politize. Gouvernma pe fer tro inzerans dan day-to-day management de la MBC », a-t-il expliqué.
Le président de la FCSOU a insisté sur le fait que le directeur général et le board de la MBC, sous la MBC Act, gèrent le quotidien de la boîte. « Politisien inzer zot dan foncsionman au jour le jour de la MCB. Less travayer lib fer zot travay, donn DG son lindepandans dan so travay pou refer limaz MBC », a-t-il plaidé.
Le syndicalise a rappelé que « la dernière ingérence gouvernementale » à la MBC a eu pour effet de provoquer un retard dans la publication du dernier rapport du Pay Research Bureau (PRB) pour le personnel. « Li pa normal ki travayer fer so mie et finalma ou trouv enn rapor ki konsern so salair ek so kondision travay finn retarde akoz inzerans politik », a-t-il déploré. « Nous demandons au Premier ministre, Pravind Jugnauth, de veiller à ce qu’il n’y ait plus d’ingérence gouvernementale ou politique à la MBC », a-t-il conclu sur ce chapitre.
Abordant ensuite à la situation à la prison, Naraindranath Gopee s’est montré très critique envers le commissaire des prisons, Vinod Appadoode, dont il dénonce « l’attitude antisyndicale ». Il explique : « Il existe une forte tension industrielle à la prison. Le commissaire des prisons prend des décisions, comme d’effectuer des transferts qui nous semblent arbitraires ou la dissolution de la Prison Security Squad (PSS), sans consultation aucune avec le syndicat, la Prison Officers Association », a-t-il déploré.
La goutte ayant fait déborder le vase, selon le syndicaliste, est l’intention du commissaire des prisons de faire passer le secrétaire du syndicat, Hanson Mungrah, devant un comité disciplinaire pour avoir parlé à la presse. « Le secrétaire de la Prison Officers Association s’est adressé à la presse en tant que syndicaliste et le commissaire des prisons doit comprendre que l’OIT, dans son “Diget of decision”, reconnaît noir sur blanc le droit fondamental des syndicalistes de parler à la presse sans avoir à demander l’autorisation au préalable. C’est donc une interférence illégale et inacceptable du commissaire des prisons dans le fonctionnement du syndicat, et que la Section 30 de l’Employment Relations Act sanctionne. Cela viole les conventions de l’OIT que Maurice a signées et ratifiées », avance-t-il. « Le commissaire des prisons ne peut invoquer le Prison Order 25 pour justifier sa décision de faire passer le secrétaire de la POA devant un comité disciplinaire, car il agissait non comme Prison Officer mais comme un syndicaliste dans l’exercice de ses fonctions, en parlant à la presse », a-t-il argué. « An tan ki syndicalis, li pa bizin permision comisair prizon pou koz dan radio ou dan lagazet ! », a-t-il insisté.
Naraindranath Gopee a annoncé qu’il alertera le Premier ministre, la présidente de la République et le BIT sur « cette ingérence illégale et inacceptable » du commissaire des prisons. « Dayer nou pe demann Premie minis na pa renouvele kontra Appadoo kan li ariv a ekpirasion ! » a-t-il lancé.