La SICOM Employees Union se réjouit de la nomination d’un nouveau chairman en la personne de Yoosuf Salemohamed. Toutefois, elle est d’avis que le bien-être des employés passe par le recrutement d’un responsable des ressources humaines. Le syndicat réclame ainsi le retour de Suryakant Calleechurn, qui avait dû démissionner en raison de tensions à la SICOM.

De même, il se demande comme l’ex-CEO, Karuna Bhoojedhur-Obeegadoo siège toujours au Board of Directors alors qu’elle n’est pas à Maurice. Pour Bose Hoolash, président de la SICOM Employees Union, le bien-être des employés au sein d’une entreprise passe par le responsable des ressources humaines. Il déplore ainsi le fait que celui de la SICOM, en l’occurrence Suryakant Calleechurn, a dû démissionner en raison des relations conflictuelles à la compagnie. Dans une lettre adressée à Gilles Chaperon, Acting CEO, il met en avant des divergences et relations tendues avec un haut cadre. Or, le syndicat estime que le directeur des ressources humaines est un « professionnel qui a travaillé au sein de plusieurs organisations », ajoutant qu’il « était très apprécié des employés ».

Il souhaite rencontrer le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le ministre de la Bonne gouvernance, Sudhir Seesungkur, pour en discuter. « Il est important qu’il soit réintégré pour le bien de tout un chacun. » De son côté, Deepak Benydin, président de la Federation of Parastatal Bodies & Other Unions, dit, lui, attendre beaucoup du nouveau président, Yoosuf Salemohamed. Ce dernier a déjà rencontré les membres du syndicat en trois occasions. « Nous souhaitons qu’il apporte un meilleur environnement pour le bien de tous les employés. Nous avons plusieurs items qui doivent également être discutés, notamment le “Scope of Promotion” pour tous les employés. »

Deepak Benydin rappelle que la lutte pour la reconnaissance syndicale à la SICOM a été très longue, passant même par l’Employment Relations Tribunal et des élections. « Malgré cela, le rapport salarial n’était pas satisfaisant. Le commissaire salarial a dit qu’il n’y avait pas eu assez de temps pour l’élaboration de ce rapport. Le prochain est attendu en 2019 et nous devons commencer le travail déjà. D’autant que le PRB n’est pas pour tout de suite. » Il ajoute que les employés de la SICOM n’ont pas de « career path », d’où l’importance d’un responsable des ressources humaines pour travailler sur la question.

Par ailleurs, le syndicat se demande pourquoi Karuna Bhoojedhur-Obeegadoo est maintenue au Board of Directors, après avoir quitté son poste de CEO. « De plus, elle est à l’étranger. Comment peutelle siéger sur le board en même temps ? »