Les employés de KS Building Construction Ltd ont manifesté récemment devant les locaux de la compagnie, avançant que la direction ne fait rien pour leur sécurité. D’autres encore, soutiennent avoir été licenciés sans recevoir d’indemnités. Selon Atma Shanto, l’employeur ne contribuerait pas au National Pension Fund. La direction de l’entreprise, elle, soutient qu’elle n’a licencié aucun employé.
Le syndicaliste Atma Shanto et des employés de KS Building Construction Ltd ont manifesté samedi dernier devant les locaux de la compagnie, « désertés par le management », soutiennent-ils, pour soutenir que les conditions de travail des employés de cette compagnie de construction ne seraient pas respectées.
Jean-Marc Léopold s’est confié au Mauricien en expliquant comment il a été remercié il y a deux mois. Cet habitant de Henrietta âgé de 22 ans travaillait comme maçon depuis un an chez KS Building Construction Ltd. « Zot dir mwa pose… Mo ti krwar ki ti pou repran… Inn ariv de mwa mo pa ankor repran travay », a-t-il avancé. Il a ajouté que la compagnie ne lui a payé aucune compensation et que son licenciement a été à effet immédiat.
Selon les manifestants, KS Building Construction Ltd ne leur fournit pas d’équipements de protection alors que l’Occupational Health and Safety Act est claire à ce sujet. « Zame nou pa finn gayn kask, legan, uniform ou soulier… Enn fwa nou ti gayn enn bot ki pa protez nanie ! », disent-ils.
Autre problème, KS Building Construction Ltd ne contribuerait pas, selon Atma Shanto, au National Pension Fund ni à l’Employees Welfare Fund. Selon la loi, l’employeur doit contribuer 6 % et l’employé doit contribuer 3 % au NPF. Certains employés ont une quinzaine d’années de service. Le syndicaliste a aussi soutenu que les employés ne reçoivent pas d’augmentation salariale chaque année et que les conditions de travail deviennent de plus en plus difficiles.
Pour Atma Shanto, « bizin ena enforcement dan ban la lwa du travay ». Il a proposé une police du travail pour veiller à ce que les lois soient respectées. « Dan plizier pei ena sa… Sa kapav evit ban deriv », a-t-il souligné en se référant à l’incident d’Ébène sur le site Ireko survenu il y a deux semaines.
Sollicité au téléphone par Le Mauricien, un membre de la direction de KS Building Construction Ltd a vivement réagi aux accusations des manifestants et d’Atma Shanto. « Nou ti fini tomb dakor pou pey zot me nou ti demann zot inpe letan », dit-il, en soutenant que certains des employés ont déjà été payés. Sur le problème de la contribution au NPF, un accord à l’amiable aurait été trouvé afin de rembourser les employés. Selon la direction, des équipements de protection ont déjà été distribués aux employés, sauf les uniformes qui ont toutefois déjà été commandés. La direction nie également avoir licencié des travailleurs. « Nou ti dir zot revini… Se zot ki pann oule retourne ».