L’inspecteur Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union (POSU), a lancé un appel pour une « rencontre urgente » avec le Commissaire de police, Mario Nobin, afin de discuter des problèmes auxquels font face les policiers.
« Que le Commissaire de police se ressaisisse. Nous lui demandons de s’asseoir autour d’une table avec les syndicats pour trouver une solution car les policiers sont démotivés et découragés », a déclaré l’inspecteur Jaylall Boojhawon lors d’un point de presse, hier, au centre social Marie Reine de la Paix. Également président de la POSU, l’inspecteur Boojhawon est revenu sur son transfert qu’il juge « punitif » vers la Cour de district de Mahébourg, où il exerce comme Police Prosecutor. Il avance avoir été informé de ce changement « seulement vendredi », alors qu’il avait déjà quitté son bureau à Port-Louis.
« Ce transfert intervient juste après mes déclarations dans les médias, lorsque j’ai commenté le budget destiné aux activités en vue de la célébration du 250e anniversaire de la force policière, qui s’étalera sur deux mois », soutient l’inspecteur Boojhawon. Il dit étudier avec ses hommes de loi les différentes options qui s’offrent à lui et n’écarte pas la possibilité de se tourner vers l’Equal Opportunities Commission. Le président de la POSU estime que « la hiérarchie veut m’éloigner de mes activités syndicales à Port-Louis ».
Toutefois, au niveau des Casernes centrales, on se dit en présence d’une correspondance de la magistrature, qui recommande que l’inspecteur Boojhawon exerce dans une Cour de district au lieu de la Cour intermédiaire afin qu’il améliore ses connaissances et ses capacités en tant que Police Prosecutor. « D’ailleurs, ils sont 14 policiers à avoir eu leur lettre de transfert », avance une source aux Casernes centrales. Mais l’inspecteur Boojhawon déplore le « timing » de son transfert.
Revenant sur les activités qui marqueront les 250 ans de la force policière, la POSU demande au CP de révéler le montant du budget qui y sera alloué. « Pourquoi dépenser autant d’argent pour deux mois d’activités, alors que des policiers n’ont pas de vêtements appropriés pour exercer leur métier? ? Certains postes de police, comme celui de Moka, sont dans un état d’insalubrité, alors que des policiers n’ont pas encore reçu leur “allowance” malgré qu’ils aient travaillé les 1er et 2 janvier 2017. Ne serait-il pas plus judicieux de dépenser cet argent pour améliorer le sort des policiers? ? »
L’inspecteur Boojhawon souligne qu’un seul jour suffirait pour commémorer cet événement dans la police. Comme ses recommandations sont restées lettres mortes, le président de la POSU se tournera vers le bureau du Premier ministre et du ministre mentor aujourd’hui et déposera une lettre pour expliquer la situation au sein de la police.