Le syndicaliste Reeaz Chuttoo invite les 450 000 travailleurs du secteur privé à se joindre aujourd’hui à la manifestation qu’organise le Trade Union Consultative Council (TUCC) à 13 h 30 à Rose-Hill. Il les exhorte à s’élever, entre autres, contre la discrimination à leur égard et à réclamer une augmentation de salaire dans le sillage de la récente publication du rapport du PRB qui a donné une sensible augmentation salariale aux 100 000 fonctionnaires du pays.
« Saler enn minorité 100 000 fonksioner, haut kad servis civil, minis ek depite finn ogmante par le Pay Research Bureau (PRB) ; me la gross mazorite de 450 000 travayer sekter prive pa finn gagn enn sou, alor ki se zot ki finans a travers income tax ek la Taxe à la valeur ajoutée (TVA) sa bann larzess ki PRB finn donne. Nou kontan pou bann fonksyoner. Me ki fer ena sa diskriminasyon kont bann travayer sekter prive dan Moris ? Eski bann travayer sekter prive bann citoyen deziem grad ? » dit au Mauricien Reeaz Chuttoo, l’un des animateurs du TUCC, une nouvelle confédération nationale regroupant 11 fédérations syndicales.
Le syndicaliste dénonce ce qu’il appelle « une discrimination institutionnalisée » contre les travailleurs du secteur privé. Il précise que les 5 500 travailleurs que compte Maurice sont divisés en quatre grandes catégories : 100 000 employés du gouvernement et des corps para-étatiques dont les salaires et autres conditions d’emploi « maximaux » sont régis par le PRB ; 400 000 travailleurs du secteur privé dont les salaires et conditions de service « minimaux » sont prescrits par environ 30 Remuneration Orders (RO) du National Remuneration Board (NRB), et 50 000 autres, des secteurs des services et BPO qui ne sont couverts par aucun RO.
« Dabor, alors ki PRB donn so rapor pou bann fonktionner tou le 5 ans, NRB donne so rapor selma kan minis deman li ; ena enn dizen sekter, kot so RO pa finn revize depi plis ki 25 ans, setadir ki sa bann travayer-la zot saler ek kondisyon travay pa finn ameliorer depi 25 ans », fustige-t-il.
« Kan le lendemin piblikasyon Rapor lor anomali PRB (Rapor Manraj) minis Travay dir ki li pe anvoy tou OR pou revize divan NRB, li pe insilte nou lintelizans. Dabor li pe dir enn foste : parski tou RO pa finn anvoye divan NRB. Apre, minis Shakeel Mohamed fer semblan li pa konpran ki NRB rekomann zis enn “saler ek kondisyon travail minimum” pou ki travayer sekter prive ne pa mor de faim. Dayer se NRB mem ki finn preskrir enn saler de mwin de Rs 6 000 pou 100 000 travayer dan sekter prive, kot 80% se bann madam ki konserne », élabore-t-il.
« Le ministre Mohamed a lui-même publiquement concédé qu’il y a discrimination salariale à la CNT entre les travailleurs de bureau qui sont couverts par le PRB et ceux des ateliers qui tombent sous le NRB. Ce qui est vrai pour la CNT est aussi vrai pour le secteur privé tout entier », fait observer notre interlocuteur.
Autre raison de la colère des travailleurs du privé, selon Reeaz Chuttoo : cette récente déclaration publique du ministre du Travail disant que le NRB prescrit des salaires et des conditions de travail minimum dans le privé, « parce que les salaires augmentent à travers la négociation collective », c’est-à-dire durant des discussions autour d’une table entre les travailleurs ou leurs représentants et l’employeur. « Fer rie, si sa pa ti grav ! » ironise le syndicaliste. Il avance les explications suivantes pour justifie son ironie : « D’abord, le ministre Mohamed oublie que Maurice est l’unique pays au monde où l’on a “déréglementé” les lois du travail depuis 2008 et qu’à travers l’Employment Rights Act (ERiA) et l’Employment Relations Act (EReA), l’employeur peut aujourd’hui facilement licencier ses employés sans devoir avancer aucune justification, car on a démantelé le Termination of Contract Service Board (TCSB) qui leur faisait obligation de justifier tout licenciement. »
Deuxièmement, dans le sillage de la promulgation de l’ERiA et l’EReA, le gouvernement a aboli la Severance Allowance. « Zordi, travayer sekter prive gagne fou deor pou bann rezon bidon, pass li divan bann Komite discipliner bidon, ek li pa gagne enn sou konpansasyon ! » s’indigne-t-il. « Sa Workfare Programme ki gouvernma finn met an plas se enn farce, parski travayer ki finn gagne fou deor bizin tir lalangue avant gagne sa ti kas-la », fustige-t-il.
« Answuit, kuma kapav ena negociasyon kolektif, kan travayer kone ki li pou gagne fou deor kan li rant dan sindika ? Kan bann ki sindike oblize signe dir ki zot retir zot pou pa gagne fou deor ? Kan sindika pa kapav amenn okenn litiz divan tribinal si patron pa donn so lakor an ekri ? kan patron evok Data Protection Act pa donn linformasyon lor saler travayer ek management ? » fulmine le syndicaliste.
« Le pire, c’est que la Commission de Conciliation et de Médiation rejette un litige sous prétexte que le NRB est en train de réviser un RO. Ce qui n’a rien à voir, car le RO ne concerne que les salaires et autres conditions de service… », poursuit Reeaz Chuttoo. « Sans compter que quand les travailleurs du secteur privés se mobilisent pour dénoncer la connivence entre le lobby du secteur privé et le gouvernement, la MBC ne leur donne aucune couverture médiatique… », ajoute-t-il.
« Pourquoi seuls les fonctionnaires et leur famille bénéficient du billet Maurice-Shanghai à Rs 18 000 au lieu de Rs 45 000, et non les travailleurs du secteurs privé, alors que Air Mauritius est une compagnie d’État ? ».
Reeaz Chuttoo s’interroge également sur la non-proclamation de cette section de la loi du travail relative au Shift Work de 8 heures dans le secteur privé. « Sel amandman ki vreman important pou travayer sekter prive. Kifer zot pa finn proklam-sa ? »
« C’est pour toutes ces raisons que nous invitons les travailleurs du secteur privé à venir en masse à la manifestation de la TUCC d’aujourd’hui. Les travailleurs de la CNT et du port ont récemment démontré qu’on n’obtient rien de ce gouvernement si l’on reste tranquille sans rien faire », conclut-il.