La Construction, Metal, Wooden (& Related Industries) Employees Union (CMWEU), syndicat qui regroupe les travailleurs de l’industrie de la construction à Maurice, a réuni la presse hier pour dénoncer les « licenciements massifs » dans leur secteur ainsi que les abus de certains employeurs. Ce syndicat est affilié à la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), qui pour sa part menace d’avoir recours à une manifestation pour alerter l’opinion publique sur ces abus.
« Dans sekter konstriksyon ena lisancima massif ! » a d’emblée déploré le président la CMWEU, René Lafond, lors d’une rencontre avec la presse hier au siège de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), à Rose-Hill. « Pire : 2 zan de cela ti ena 82% travayer konstriksyon lor kontra. Zordi 92% travayer dan sa sekter-la inn pass lor kontra ! » a-t-il ajouté. « Sa demontre ki travay dan sekter konstriksyon pe vinn de pli zan pli preker (voir encadré), alor ki lor plan national, la CTSP pe fer enn kampagne pou travay decent (voir encadré) ek ki o nivo internasyonal, IndustriAll Global Unions pe fer enn kapagne internasyonal lor mem size », a-t-il poursuivi,
La situation dans le secteur de la construction est en effet sombre, non seulement pour les employés mais également pour les employeurs. « Sekter konstriksyon pe pass par difikilte akoz fasson ki pe donn kontra bann kompagni etranze pou travay dan Moris », a-t-il fustigé. Le président de la CMWEU a, dans ce contexte, exhorté le gouvernement à assumer ses responsabilités envers les employés du secteur de la construction. « Gouvernma bizin pran so responsabilite ki li ena anver nou. Nou pa dakor ki donn kontra bann kompagni etranze ki, pou la plipar, donn travay zis zot bann travayer etranze ! » s’indigne-t-il.
Face à cette situation, a poursuivi René Lafond, les Mauriciens qui arrivent à trouver de l’emploi sont obligés d’accepter des conditions de travail précaires. « Morisien pass mizer ! Zot oblize aksepte bann kondisyon travay ki an pins », a-t-il poursuivi. « Gramatin ou rantre travay, ou pa kone sipa pou gard ou. »
Bertie Beehary, membre du bureau exécutif de la CMWEU, a abondé dans le même sens. « Plis ki 4 000 travayer finn perdi plas dan enn lindiferans total. Personn na pa finn defann zot. Bann ki reste zot blize akept sibir bann abi de sertin patron. Zot ler dite koupe, zot oblize fer overtime, sinon zot kontra aboli en plas, zot meal allowance mal kalkile par expre. Zot oblize travay dapre metod ki patron etranze impoze ! » s’offusque-t-il.
Cette situation déplorable perdure, estime le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo, parce que l’Employment Relations Act impose à un travailleur de déclarer seul un litige contre son employeur et lui défend de passer par son syndicat. « Eski enn travayer ki lor kontra pou oze denons bann abu so patron kan li kone ki patron-la kapav met li deor brit ? » se demande-t-il. « Enn syndikat reprezant enn lafors ki patron per. Me enn travayer tou sel pena okenn pwa lor enn patron ! Se pourkwa zot ne pli per viol drwa travayer; zot kone nepli kapav fer zot narien. Bann patron kone ki kan enn travayer denons zot, sa pou pran ossi 5-6 mwa divan la kour. Ki travayer-la pu fer an atandan ? », a-t-il commenté.
Pour corser la situation, poursuit Reeaz Chuttoo, le secteur de la construction a connu ces 4 à 5 dernières années une décroissance. « 4 à 5 000 travayer inn licencie ! Kar sertin employeur pe profit sa sitiasyon-la pou abiz drwa travayer », déplore-t-il. « Maurice est signataire de l’ILO Multinational Enterprise Declaration, qui stipule que le gouvernement doit donner priorité aux travailleurs locaux. Dans le cadre des projets de construction des “Smart Cities”, par exemple, le gouvernement à l’occasion de démontrer qu’il respecte son engagement », explique le président de la CTSP.
La secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo, a de son côté annoncé que la Building & Wood Workers International sera alerté au sujet des violations des droits des travailleurs du bâtiment à Maurice. « Le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, que nous avons rencontré, semble avoir prêté une oreille attentive à cette situation alarmante. Nous allons lui donner le temps nécessaire pour qu’il normalise les relations employés-employeurs dans le secteur du bâtiment. C’est le devoir de tout gouvernement qui se  respecte. Passé ce délai, nous n’écartons pas l’option de descendre dans la rue pour nous faire entendre », menace-t-elle.