Le Trade Union Consultative Council (TUCC), confédération syndicale nouvellement créée, invite les quelque 450 000 travailleurs du secteur privé à descendre dans les rues de Rose-Hill samedi 16 juillet pour crier leur ras-le-bol contre « l’injustice salariale » qu’ils subissent depuis la publication du dernier Rapport du Pay Research Bureau qui a donné une augmentation de salaire aux fonctionnaires et autres employés des corps para-étatiques.
« Pou gouvernman le 450 000 travayer sekter prive pa enn priorite. Zot konsider la plis gross mazorite travayer de sa pei-la kouma bann citoyen deziem grad. PRB finn donn 100 000 fonksioner ogmantasion saler ; travayer sekter prive pa finn gagn narien. Se pourkwa nou invit bann travayer sekter prive desann lor lari samdi dan Rose-Hill pou proteste kont sa linzistis-la. Travayer sekter prive bizin mobilize pou fors gouvernman pass lalwa pou obliz bann employer ogmant zot saler », a expliqué le syndicaliste Reeaz Chuttoo, un des promoteurs du TUCC qui regroupe 11 fédérations syndicales. C’était lors d’une rencontre avec la presse ce matin au siège de la Fédération des travailleurs unis (FTU), à Port-Louis. Il était entouré de ses collègues du TUCC, Veenoo Ramasamy, Atma Shanto, Deepak Benydin et Mahendranath Gopee.
Reeaz Chuttoo a expliqué que cette toute première manifestation organisée par le TUCC vise à réveiller le gouvernement au dialogue social. « Gouvernman pa pran kont travayer sekter prive ditou », a-t-il affirmé. Pour soutenir ses dires il a donné trois exemples. D’abord celui des 40 000 travailleurs du secteur de la construction qui attendent depuis 2011 que le gouvernement intègre dans leur Remuneration Order les acquis de l’accord collectif signé avec la Building and Civil Engineering Contractors Association (BACECA), l’association des employeurs. « Deziem exanp, dan CNT travayer inn bizin zete pou ki minis trouve ki ena diskriminasion ek li ouver negosiasion. Apre ena ka lepor, kot inn bizin fer go slow pou ki gouvernman ekout zot… Partou, si travayer sekter prive res trankil, zot pa gagn narien, alors ki bann fonksioner zot saler ogmante tou le sink an », a-t-il affirmé.
L’orateur a indiqué que le TUCC a été créé pour donner plus de force aux revendications nationales et internationales des travailleurs. « Nou tou kone ki se linite ki donn rezilta », a-t-il ajouté.
Veenoo Ramasamy a déclaré pour sa part que le ministre du Travail Shakeel Mohamed a publiquement concédé qu’il existe une discrimination salariale à la CNT entre les travailleurs de bureau qui sont couverts par le NRB et ceux des ateliers qui sont couverts par le National Remuneration Board (NRB). « Seki minis dir pou CNT, li osi vre pou tou travayer sekter prive dan pei », s’est-il indigné. « Bann travayer gouvernman zot saler ek kondision servis revize tou le sink an par PRB, tandi ki bann travayer sekter prive zot saler ek kondision servis get enn fwa letan kan minis la mem deside. Ena bann travayer, kouma bann ki travayer dan zonn frans, dan lasalinn, bann travayer agrikol lindistri sikrie, pa finn get zot saler depi trant an. Ek pou rap piman lor zot soufrans, ou trouv PRB donn fonksioner ogmantasion saler. Nou kontan pou zot, me ki arive sa 450 000 travayer sekter prive ? »
Atma Shanto a de son côté dénoncé les volte-face du gouvernement et du ministre du Travail en particulier dans leurs décisions en faveur des travailleurs du secteur privé. « Ti dir pou pey PRB enn sel fwa, ti dir pou met bann expat deor dan lotel St Géran, ti dir pou redonn CNT tou so lalign… Be ki finn arive apre ? » a-t-il fait observer.
Dans ce contexte, Reeaz Chuttoo a déploré que le gouvernement n’ait pas proclamé cette section de la loi du travail relative au Shift Work, stipulant que les heures de travail dans le secteur privé ne doivent pas dépasser huit heures. « Lobby sekter prive fer presion kont sa, gouvernman aksepte… Travayer res trankil mem », a-t-il déploré.
« Gouvernman blie ki zot dan gouvernman grass a vot travayer », a lancé le syndicaliste Mahendranath Gopee. « Nou finn kree TUCC pou ki regroup plis ki 50 000 travayer, pou ki travayer vinn for kan li negosie ek gouvernman », dit-il.
Deepak Benydin a lui insisté qu’à travers le cas de la CNT, les travailleurs ont montré qu’ils veulent d’une centrale syndicale forte, d’où cette décision de créer le TUCC.