En vue des prochaines élections générales et dans le cadre de la manifestation qu’elle organise aujourd’hui à Rose-Hill contre la discrimination au travail, la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), par la voix de son président, Reeaz Chuttoo, donne des consignes de vote aux 550 000 travailleurs du pays. Reeaz Chuttoo a promis de citer demain les noms des parlementaires et des entreprises qui n’ont montré jusqu’ici aucune sympathie pour la cause des travailleurs.
« Bann kamarad travayer bizin vot pou bann kandida ki finn lite ek ki finn loyal ek travayer. Zot bizin vot pou dimounn ki pa finn vann travayer pou zot prop lintere personel », a martelé le président de la CTSP dans une déclaration au Mauricien. « Si dan enn sirkonskripsion pena kandida onet ek loyal ar travayer, mo konsey travayer vot blan. Travayer bizin aret vot blok ek donn razwar dan lamin zako », a-t-il insisté.
Selon le président de la CTSP, les quelque 550 000 travailleurs que compte le pays doivent réaliser que la tenue des élections générales est une occasion à ne pas rater pour se mobiliser pour réclamer justice et changement en leur faveur. « Bann travayer bizin realize ki dan eleksion se zot ki ena povwar dan zot lamin form enn gouvernma. Pou form enn gouvernma ki en faver travayer, travayer bizin vot bann kandida ek bann parti ki sinser dan zot volonte lit pou la klass travayer ! Nou demann bann travayer ek zot fami mobilize demin dan Rose-Hill pou reklam enn vre sanzma ek la zistis pou travayer ».
Reeaz Chuttoo affirme que dans le cadre des élections générales les patrons se mobilisent et s’organisent pour soutenir les partis et les candidats prêts à défendre leurs causes. « Plizir patron finn avoue piblikma ki zot lentrepriz ek konpani finn finans bann parti politik. Vwala kifer bann travayer bizin a zot tour organiz zot ek mobiliz zot pour fer bann desider politik antann zot lavwa, zot douler, zot detress ».
C’est dans ce contexte que la CTSP organise demain une marche pacifique, du Stade de Rose-Hill jusqu’au Plaza pour dénoncer la discrimination dont sont victime les travailleurs du pays. « Nou nepli kapav kontinie koumsa kot ena deux kalite travayer dan pei. Enn kote ena 83 000 fonksioner ki zot saler ek kondision travay revize par le Pay Research Bureau (PRB) tou le 5 an, ek de lot kote ena 466 200 travayer employe dan sekter prive, parmi lekel ena environ 300 000 ki zot saler ek kondision travay minimum revize par le National Remuneration Board (NRB) a traver 30 Remuneration Orders (RO). Me seki ou bizin kone, seki sa bann RO-la, zot revize selma kan le minis du Travay reve ».
Et le syndicaliste de donner des exemples de ces discriminations. Ainsi, explique-t-il, quelque 100 000 travailleurs du secteur privé touchent moins de Rs 6 000 par mois dans le seafood hub, le textile et le secteur des services où 85 % des employés sont des femmes. Des dizaines de femmes qui nettoient les écoles primaires du gouvernement mais employées par les PTA gagnent Rs 1 500 par mois. En outre, les travailleurs étrangers ont droit à un repas le soir alors que les Mauriciens n’y ont pas droit. « Moris sel pei au mond kot patron kapav mett enn travayer deor san zistifikasion, ek san pei li enn sou konpansasion », s’indigne-t-il. Il affirme que c’est pour cette raison que depuis des années la CTSP réclame l’institution d’un Portable Severance Allowance Fund.
Reeaz Chuttoo a rappelé que dans le cadre de sa campagne « Asse diskriminasyon ! Stop travay preker ! », la CTSP a envoyé à chaque député une lettre lui donnant les détails de la discrimination dont sont victimes les travailleurs. « Nous attendions une réaction de chacun d’eux. Et nous avions promis de divulguer le nom de ceux qui se sont montrés indifférents au sort des travailleurs ! Chose que nous allons faire demain, avec également le nom des entreprises coupables de discrimination », a-t-il promis.
« Travayer bizin konpran ki zot bizin mobilize pou ki zot fer balans-la tonb dan zot kote », a-t-il conclu.