La Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP) trouve que le contenu du discours programme est du réchauffé. « On s’est contenté de reprendre des idées contenues dans le dernier discours du budget, c’est tout! », a déclaré Reaz Chuttoo, principal porte-parole de la confédération, à une conférence de presse tenue ce matin. La syndicaliste Jane Ragoo a dénoncé pour sa part l’initiative du ministre du Travail Shakeel Mohamed, qui a demandé aux patrons du secteur privé d’organiser des pique-niques à l’intention de leurs employés et de leurs proches à l’occasion de la Fête du Travail.
Parlant du discours-programme, Reaz Chuttoo se dit perplexe du fait que cet exercice aurait dû permettre au gouvernement de saisir cette occasion pour évoquer des problèmes les plus profonds de la société mauricienne. Par exemple, lorsque l’égalité des genres est évoquée, rien n’est dit sur les catégories de femmes qui travaillent sans être couvertes par le moindre Remuneration Order. Il cite les secteurs du BPO, des services financiers (banques et assurances), l’administration, les gens de maison et les employées d’ONG. Dans certains cas, les femmes représentent 85 % du personnel alors que les domestiques sont à 100 % des femmes.
Autre source de perplexité pour le dirigeant syndical : la pauvreté. « En 1995, le gouvernement était venu avec un Plan Marshall, pour éradiquer la pauvreté. Puis, il a évoqué l’extrême pauvreté alors que maintenant il parle de l’existence d’une extrême pauvreté chronique », dit M. Chuttoo. « Mais on s’attendait plutôt à ce qu’il nous dise qu’il y a des inégalités dans la distribution des richesses. En attendant, le fossé entre les très riches et les très pauvres s’agrandit », ajoute-t-il.
Au niveau des amendements à être apportés aux lois du travail, « on est dans l’obscurité la plus totale ». Reaz Chuttoo souligne que plusieurs possibilités d’amender ces lois ont été abordées par Shakeel Mohamed, qui ne donne toutefois aucune précision.
Reaz Chuttoo se demande si chaque enfant aura une place au niveau de l’éducation étant donné que le préprimaire est obligatoire. Dans le secteur tertiaire, avec le financement à obtenir, il prévoit que ceux qui y accèdent auront à rembourser leur prêt durant quinze années et ce n’est qu’alors qu’ils pourront préparer leur avenir.
De son côté, Jane Ragoo, reprenant une information publiée dans Week-End, juge intolérable qu’un ministre du Travail demande aux patrons d’organiser un pique-nique le 1er mai pour marquer la Fête du Travail. Il les a exhorté à tout prévoir : la bouffe et les boissons, leur demandant de conduire leurs employés à Vacoas, où l’alliance Ptr/PMSD tient son rassemblement avant de les emmener à la mer.
Jane Ragoo déplore le fait que le ministère du Travail n’ait pas débloqué jusqu’ici le moindre sou destiné au Trade Union Trust Fund pour offrir aux organisations syndicales un budget leur permettant de s’organiser pour marquer le 1er-Mai.
La CTSP, annonce Jane Ragoo, donne rendez-vous à ses membres pour marquer la Fête du Travail à côté du Stade Sir Gaëtan Duval, à Rose-Hill, à 9 h , heure à laquelle démarrera un défilé de chars. Ce défilé empruntera la direction du centre de Rose-Hill afin de permettre aux travailleurs de se recueillir au Monument des Travailleurs, qui se trouve devant la poste. Il se rendra ensuite à Port-Louis, où des messages seront dits dans les parages des Casernes centrales. Puis, il retournera à Beau-Bassin pour suivre les rassemblements des autres organisations syndicales. Le défilé regagnera Rose-Hill par la suite.