La Rodrigues Government Employees Union et la Rodrigues Public Service Workers’Union, affiliées à la Fédération des Syndicats du Secteur Public, ont tenu un point de presse ce matin aux côtés de Rashid Imrith pour évoquer deux points importants : le rapport du PRB et la politique jugée discriminatoire de l’État mauricien vis-à-vis des Rodriguais.
Pour Rashid Imrith, c’est la première fois que la Rodrigues Government Employees Union (RGEA) et la Rodrigues Public Service Workers Union (RPSWU) se regroupent : « Bann fonksyoner Rodrigues finn regroupe. Zot pe fer enn common submission au PRB ek zot le osi denons politik diskriminatwar anver bann Rodrige. »
Alain Tolbize dira qu’il est grand temps que les Rodriguais deviennent autonomes. Il note avec regret le manque de structures appropriées pour eux et que l’économie peine à décoller.
Alain Tolbize explique que les Rodriguais attendent beaucoup du rapport du PRB à l’assemblée générale de Rodrigues et qu’on leur donne des moyens pour fonctionner. « Rodrige finn ase soufer. Ena enn mank de konsiderasyon de la par du PRB.PRB bizin vinn regle diskriminasyon ek permet Rodrig reysi zot autonomi. Rodrig pa pe santi li enn sel ar Moris. » Il ajoute que le coût de la vie a considérablement augmenté et qu’un laboureur de Maurice ou d’Agalega qui perçoit un salaire de Rs 10 000 peut se permettre, avec cet argent, d’acheter dix produits alors que le Rodriguais, lui, n’a droit qu’à huit. « On doit pouvoir acheter la même quantité d’articles que les Mauriciens et les Agaléens. Swa gouvernman morisyen met bann sibsid lor bann fre transpor me bizin kapav ki bann Rodrige pey mem pri qui bann Morisien. Si pas donn nu cost of living, donn nu sibsid. » Il dit espérer que le prochain rapport du PRB ne décevra pas les Rodriguais. Alain Tolbize poursuit que si le combat n’est pas mené dans la même direction, « Rodrig bizin separe ar Moris ». Il considère que des solutions doivent être trouvées au plus vite afin que les Rodriguais se sentent aussi bien Mauricien. « Boukou zafer bizin regete, mem pri biye avion, li pa normal ki nou bizin pey enn pri biye kouma touris si nou vinn get nou bann pros Moris ou si nou malad. »
Rashid Imrith indique que l’attitude de l’État mauricien à l’égard des Rodriguais est en violation de l’article 16 de la Constitution de Maurice. « La république de Maurice englobe trois îles : Maurice, Agalega et Rodrigues. Les produits en vente à Maurice se vendent au même prix à Agalega, mais plus cher à Rodrigues. Gouvernman met sibsid lor transpor marsandiz depi magazin via konsomater, me transpor fret pli ser dan Rodrig. » Il considère qu’il ne peut y avoir une politique de deux poids deux mesures et qu’il existe une discrimination « kont enn group dimounn baze lor place of origin. » Pour lui, la manière dont l’État mauricien se comporte envers les Rodriguais n’est pas correcte.