L’État a décidé d’installer des bornes émettrices Wi-Fi (Wi-Fi hotspot) à différents endroits à travers l’île. Hier le ministre des TIC, Tassarajen Pillay Chedumbrum a tenu une première rencontre avec les représentants des mairies, des collectivités locales et de Rodrigues dans le but de mettre en valeur le projet. La réunion s’est déroulée en présence du ministre des collectivités locales et des îles éparses, Hervée Aimée.
Le projet initial, a expliqué Tassarajen Pillay Chedumbrum, consistera en le déploiement de Wi-Fi hotspot dans cinq villes, quatre villages et une à Rodrigues. Grâce à ce service, le public pourra se connecter gratuitement à Internet grâce au réseau sans fil haut débit, via l’ordinateur ou un terminal mobile comme un PDA ou un smartphone. Ce projet devrait voir le jour d’ici décembre 2011. Il coûtera à l’État Rs 5 M. Il sera financé à travers le Universal Service Fund (USF) dans lequel sont reversées les contributions obligatoires des opérateurs de télécommunications.
Une étude de l’Information & Communication Technologies Authority (ICTA) a révélé qu’afin de couvrir l’île entière, il faudrait installer près de 1 000 bornes émettrices. Pour un projet initial, l’État a prévu d’installer ces Wi-Fi Hotspots gratuits dans cinq villes, quatre villages ainsi qu’à Rodrigues. C’est aux conseils de districts et aux mairies respectives qu’il revient la tâche de décider de l’endroit où ces bornes seront installées. Le ministre Hervée Aimée a pour sa part lancé un appel pour que ce projet se concrétise avec la participation des municipalités et des conseils de district.
La bande passante pour ces connexions sera de 2 Mbps. Celle-ci, a indiqué le ministre des TIC aux parties prenantes présentes hier, sera revue en fonction de leur utilisation. Cependant, les sites Internet permettant de visionner des vidéos en ligne, comme Youtube – un des sites les plus visités par les Mauriciens – ne seront toutefois pas accessibles, en raison de leur forte consommation en bande passante. Quant à la zone de couverture, elle sera d’un kilomètre.
Aussitôt les noms des régions communiqués par les mairies et collectivités locales, les officiers de l’ICTA mèneront une étude de terrain pour voir si le déploiement de ces Wi-Fi hotspots y est possible. Une fois cette étape accomplie, les installations devraient débuter dans environ deux mois.
Le ministre des TIC s’est par ailleurs dit conscient que tout le monde ne possède pas un ordinateur portable. C’est pourquoi cinq User Access Terminals seront installés dans les endroits identifiés par les villes et les conseils de districts. Ceux-ci permettront aux membres du public de vérifier gratuitement leurs courriers électroniques, d’accéder aux e-services du gouvernement et d’effectuer des recherches. Ces terminaux permettent aussi le branchement d’une clé USB pour permettre aux utilisateurs de télécharger leurs documents.