Alors que les consultations sur le plan politique au sujet des propositions de réforme électorale butent sur le problème de l’élimination du Best Loser System, le président de la République, sir Anerood Jugnauth, s’est invité au débat. C’était à l’occasion d’un tête-à-tête ce matin à la State House avec l’ancien président de la République, Cassam Uteem.
Les indications officielles sont que sir Anerood Jugnauth a clairement fait comprendre à son interlocuteur du jour, Cassam Uteem, qu’il est foncièrement contre l’élimination du Best Loser System dans le cadre de la réforme électorale actuellement en discussions entre le gouvernement et l’opposition. L’ancien président de la République a confirmé au Mauricien, après la rencontre, que la question de réforme électorale figurait parmi les trois principales préoccupations dans le cadre de ces échanges de haut niveau à la State House. Les deux autres sont l’état de santé de sir Anerood Jugnauth, qui vient de subir une intervention chirurgicale et la dégradation de la situation sur le plan social.
« J’ai l’habitude de rencontrer sir Anerood Jugnauth. Cette fois-ci, je suis allé le voir pour m’enquérir de son état de santé après son intervention chirurgicale », a répondu Cassam Uteem à une question du Mauricien, qui voulait obtenir confirmation de l’initiateur de la rencontre du jour. « Je dois dire que j’ai retrouvé un président de la République en pleine forme et en pleine possession de ses moyens », a-t-il ajouté avant d’entrer dans le vif du sujet.
« J’ai tenu à rencontrer le président de la République pour lui exprimer mes inquiétudes sur ce qui passe sur le plan politique avec les discussions sur la réforme électorale. J’ai voulu lui dire qu’il faut tout faire et tout mettre en oeuvre en vue de ne pas créer de situation de confrontation entre ceux qui sont en faveur de la réforme avec l’élimination du Best Loser System et ceux qui veulent la réforme tout en conservant la formule de députés correctifs. Il faut éviter de générer des situations de controverse et de confrontation, qui pourrait déboucher sur n’importe quoi tant le débat suscite des passions », a déclaré Cassam Uteem.
« Après avoir pris connaissance de mes préoccupations dans la conjoncture politique, Sir Anerood Jugnauth m’a assuré de ne pas m’en faire. Il m’a confirmé qu’il est entièrement en faveur du maintien du Best Loser System. Il a ajouté que le moment venu il tentera de convaincre le Premier ministre pour le maintien de cette formule. Sir Anerood Jugnauth trouve que le Best Loser System a engendré la stabilité. Cela m’a été rapporté par le président de la République lui-même », a poursuivi l’ancien président après le tête-à-tête de ce matin.
« Je suis en faveur de la réforme électorale avec le maintien du Best Loser System pour quelque temps encore », s’est appesanti Cassam Uteem avant d’aborder le volet de ses appréhensions sur le plan social.
« Je dois dire que la situation sur le plan social m’interpelle énormément. Le fait demeure qu’il n’y a pas de politique sociale à court terme ou à long terme. L’État n’assume pas ses responsabilités. La lutte contre la pauvreté ne peut être livrée qu’à la seule formule de la Corporate Social Responsibility. Pire encore est le fait que nous avons perdu le contrôle de la lutte contre la drogue. Ces multiples cas de violence, de prostitution en tous genres, de viol et de vol en sont la conséquence de cette perte du contrôle de la lutte contre la drogue », a soutenu Cassam Uteem.
Interrogé quant au volet purement politique de ce tête-à-tête, notamment en ce qui concerne le Remake de 2000, l’ancien président de la République a confié que « sir Anerood Jugnauth ne m’a donné aucune indication au sujet de son éventuel retour dans l’arène politique ». « L’avenir nous le dira » rétorquera Cassam Uteem à une question du Mauricien quant à son retour éventuel dans la vie politique active.
Soulignons qu’avec le départ en mission officielle lundi en Inde du Premier ministre Navin Ramgoolam, les discussions sur le projet de réforme électorale ne devront pas connaître de développements substantiels au cours de la semaine prochaine avec les contacts rétablis vers la mi-février.
De son côté, Rama Sithanen, qui a soumis une série de propositions de réforme dans un rapport, anime cet après-midi une causerie-débat sur le même thème à la faculté des Sciences sociales de l’Université de Maurice. La Commission électorale a par ailleurs pris la décision de poster sur son site internet une copie du rapport rédigé par l’ancien vice-PM et ministre des Finances et présenté publiquement dans le cadre du débat en cours.