L’association T1 Diams lutte contre le diabète de type 1, qui touche enfants, adolescents et jeunes adultes. Afin de leur venir en aide, une quête annuelle avec l’autorisation du MACOSS se tiendra du vendredi 6 au dimanche 8, avril, sous le thème « Ça me regarde, ça nous regarde tous », dans la continuité de la campagne d’info lancée en février de l’année dernière.
Le diabète de type 1 agit en silence. Dans un communiqué de T1 Diams, Jean-Pierre Didier fait ressortir : « En reprenant ce message fort, “Ça me regarde, ça nous regarde tous”, nous voulons attirer l’attention sur l’importance du soutien et le rôle crucial de l’environnement premier du diabétique ainsi que celui de toute la société mauricienne, face au diabète de type 1. Quand quelqu’un dit “le diabète de type 1, ça me regarde”, cela démontre l’intérêt qu’il porte au diabétique de type 1. Il se sent naturellement concerné par la condition de santé de ce dernier. Dans certains cas, en raison de l’ignorance autour du diabète de type 1, la société exclut l’enfant, l’adolescent ou l’adulte, parce qu’elle ne connaît pas ou ne comprend pas l’importance du soutien et du suivi nécessaire. » Il explique que le manque d’information et d’intérêt ou la peur qui emmène à ignorer et donc à ne pas faire de suivi chez le diabétique de type 1, peuvent lui être fatals. Et de citer en exemple le cas de cette jeune fille de 25 ans qui s’est retrouvée en dialyse, et qui n’avait pas reçu de soutien moral à l’adolescence. Par découragement, elle a laissé tomber son traitement pendant plusieurs mois, voire plus. Ces absences d’injections, vitales, pendant une aussi longue période, ne pardonnent pas. Pour un diabétique de type 1, ne pas faire ses injections quotidiennes et refuser de se traiter entraîne des complications graves telles que l’insuffisance rénale. Afin d’éviter de telles conséquences, T1 Diams se mobilise et met à la disposition de ceux souffrant de ce mal une structure appropriée comme l’éducation thérapeutique par les professionnels de la santé, le matériel médical qui est composé d’insuline, de bandelettes de tests de glycémie et de seringues ou encore d’aiguilles pour stylos à insuline. L’intégration sociale du diabétique de type 1, les consultations médicales et le suivi psychologique font aussi partie de l’accompagnement que T1 Diams met à la portée tous ceux qui sont concernés par la maladie.
La quête annuelle de T1 Diams se fera dans des endroits stratégiques de l’île, à Mahébourg, Grand-Baie, Tamarin, Goodlands et Flic-en-Flac. D’autres volontaires seront dans les centres commerciaux tels le Ruisseau Créole, le Centre Commercial d’Ebène, Bagatelle, Cascavelle ou encore le Jumbo de Phoenix et de Riche-Terre et l’hypermarché Shoprite. En dehors de cette quête, ceux qui voudraient soutenir T1 Diams peuvent le faire par virement bancaire sur le numéro de compte 081058810 de la MCB.