On le sait : “Fumer tue”. D’ailleurs, sur les boîtes de cigarettes elles-mêmes, c’est écrit en gros caractère. N’empêche, le nombre de fumeurs continue d’augmenter. Particulièrement parmi les jeunes et de plus en plus chez la gent féminine. À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac célébrée jeudi dernier, Week-End s’est penché sur les conséquences du tabagisme sur la santé : le cœur, les poumons et… votre espérance de vie.

Le tabac serait responsable du décès d’un adulte sur 10 (soit environ 7 millions de morts par an), selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Qui plus est, en plus des fumeurs, le tabagisme affecte aussi les non-fumeurs. Le tabagisme passif provoquerait environ 602 000 décès prématurés par an dans le monde, soit 1 % de tous les décès. Oui, fumer tue! Le tabagisme a des effets néfastes sur l’ensemble de votre corps. Ce sont des symptômes concrets, aux conséquences directes sur votre quotidien. Cela va de la mauvaise haleine au manque de souffle, en passant par le déchaussement dentaire et le risque élevé de maladies graves.

Fumer des cigarettes est nocif parce que le tabac est dangereux, surtout quand il brûle. Il produit à ce moment-là près de 4 000 substances chimiques différentes dont plus de 250 sont nocives et une cinquantaine cancérigènes. En voici un aperçu : Acétaldéhyde, Acroléine, Acroléine, Phénol, Butane (des irritants des voies respiratoires), Acétone (dissolvant), Naphtylamine (cancérogène), Méthanol (carburant utilisé pour les fusées), Pyrène (toxique pour les reins et le foie), Diméthylnitrosamine (probablement cancérigène), Naphtalène (antimite), Nicotine (utilisée comme herbicide et insecticide), Cadmium (utilisé dans les batteries), Monoxyde de carbone (mortel à une certaine dose), Benzopyrène (agent mutagène très cancérogène), Chlorure de vinyle (utilisé dans les matières plastiques), Mercure (hautement toxique), Acide cyanhydrique (était employé dans les chambres à gaz), Toluidine, Uréthane (cancérogènes), Ammoniac (détergent), Toluène (solvant industriel), Arsenic (poison violent), Dibenzacridine (très toxique), Polonium 210 (élément radioactif), Styrène (toxique), DDT (insecticide), Goudrons (les plus cancérogènes), Plomb (interdit dans l’essence, car toxique).

Les effets du tabac sont visiblement néfastes et peuvent être mortels. Le tabac provoque :

Les maladies cardiovasculaires
Le tabagisme compte parmi les principaux facteurs de risque de maladies cardiovasculaires : infarctus du myocarde, hypertension artérielle, artérite des membres inférieurs, accidents vasculaires, impuissance (pouvant survenir en raison de l’obstruction des artères irriguant le pénis par une plaque d’athérome), thrombose veineuse : obstruction des veines par un caillot sanguin (ce risque de thrombose veineuse est multiplié par 40 chez les femmes âgées de plus de 40 ans prenant la pilule)Il favorise également l’angine de poitrine, pouvant évoluer vers un infarctus.

Cancer
La fumée et les produits cancérigènes provenant de la combustion se déposent dans une grande partie des organes, par l’intermédiaire de l’inspiration et des poumons ou de la salive. Les voies digestives, la vessie, les poumons, la langue, et la gorge sont particulièrement atteints. Ainsi, le tabac aggrave les risques de développer un cancer (broncho-pulmonaires, digestifs, vessie, sphère ORL, etc.). Un cancer sur trois est provoqué par le tabagisme et 50% des cancers de la vessie sont liés au tabac alors que plus de 85% des cas de cancer du poumon sont liés au tabagisme actif et 5% au tabagisme passif. Chez les fumeurs, l’intensité du risque dépend principalement du nombre d’années d’exposition, mais aussi du nombre de cigarettes fumées et de l’inhalation.

Maladies respiratoires chroniques
La fumée de cigarette est une agression directe du système respiratoire qui explique la survenue chez les fumeurs de différents types de maladies, dont les otites, sinusites, angines, rhinopharyngites, laryngites, bronchites, grippes et pneumonies. A chaque bouffée de cigarette, le fumeur respire un air chargé de produits toxiques qui s’attaquent aux cellules tapissant les parois des organes du système respiratoire : nez, bouche, gorge, trachée, bronches et poumons. Les goudrons inhalés via la fumée de cigarette se déposent dans les bronches et poumons des fumeurs, provoquant une diminution importante du souffle. Le monoxyde de carbone se fixe aux globules rouges et perturbe l’oxygénation de l’organisme, diminuant votre résistance à l’effort et votre énergie. Les substances irritantes, telles que l’acétone, entraînent une inflammation des bronches et font tousser.

De même, la bronchite chronique est essentiellement liée au tabagisme et provoque essoufflement pour des efforts de moins en moins importants en cas d’aggravation de la maladie, toux grasse survenant essentiellement le matin, épisodes de bronchites à répétition. Elle est responsable de plus de 2, 5 millions de morts chaque année dans le monde. L’aggravation vers une insuffisance respiratoire s’observe chez les grands fumeurs. De même, le tabac joue un rôle de cofacteur dans le déclenchement d’une crise d’asthme. Il en aggrave la fréquence, le rythme et l’intensité.
Peau

Fumer a des conséquences bien visibles. Cela accélère notamment le vieillissement de la peau et cela se voit : les rides sont plus marquées, la peau perd de son élasticité, le teint est plus terne. La cigarette diminue la quantité d’eau présente dans la couche cornée, ce qui pourrait expliquer la peau sèche des fumeurs. Le tabagisme atteindrait aussi les cheveux, entraînant une chute et un grisonnement précoces. Le risque d’acné augmente également en fonction du nombre de cigarettes fumées quotidiennement, tout comme le jaunissement des doigts, des ongles, mais aussi des dents.
Yeux

Les effets néfastes sur les yeux: troubles de la vision, dégénérescence musculaire, cataracte font partie des conséquences méconnues du tabagisme.  Pourtant, les yeux sont directement exposés aux produits toxiques contenus dans la fumée de cigarette, que l’on soit fumeur actif ou passif. Quelques minutes d’exposition suffisent pour provoquer des irritations et représenter un danger. De plus, les produits toxiques liés au tabagisme sont extrêmement volatils et restent dans les pièces pendant de nombreuses heures, voire plusieurs jours. Plus le nombre de cigarettes fumées est important, plus la vue est altérée.
Problèmes dentaires

En provoquant des modifications importantes sur l’écosystème buccal, la fumée de cigarette augmente significativement le risque de maladies bucco-dentaires et parodontales. Parmi lesquels, le cancer de la cavité buccale ; la gingivite (une inflammation des gencives causée par la présence de plaque dentaire ; la parodontite (un stade d’inflammation plus avancé caractérisé par la destruction des tissus de support autour d’une ou plusieurs dents. Les dents apparaissent plus longues avec un risque important de déchaussement); la carie dentaire (due à la présence de bactéries cariogènes qui produisent des acides à partir des hydrates de carbone contenus dans les aliments. En principe, ces acides sont neutralisés par la salive, mais la fumée de cigarette entraîne une modification du flux salivaire et diminue son pouvoir de neutralisation.

Poids
La nicotine contenue dans le tabac diminue l’appétit, augmente les dépenses énergétiques et ralentit le stockage des graisses. Cela dit, il serait faux de considérer la nicotine comme un produit de régime ! En effet, la fumée de cigarette est responsable de troubles du goût qui entraînent de mauvaises habitudes alimentaires. La consommation de tabac modifie également l’équilibre hormonal, ce qui provoque une nouvelle répartition des graisses corporelles qui se concentrent alors au niveau du ventre. De plus, fumer entraîne bien souvent une vie plus sédentaire, alors qu’une activité physique régulière tonifie les muscles et affine la silhouette.

Fertilité
Les produits chimiques contenus dans la fumée de cigarette ont des conséquences néfastes à la fois sur la fertilité, mais également sur la vie sexuelle et affective autant les hommes que les femmes. Chez les hommes, la cigarette est directement responsable de troubles de l’érection et multiplie par 27 le risque d’impuissance, même chez les jeunes. Les substances chimiques contenues dans la fumée diminuent le débit de pression artérielle, ce qui entrave le remplissage des corps caverneux de la verge et provoque l’impuissance.

Le risque est d’autant plus élevé que la consommation quotidienne est importante, mais les petits fumeurs ne sont pas épargnés. En effet, la nicotine et le monoxyde de carbone affectent les capacités érectiles, même dans le cadre d’une consommation modérée. La fumée de cigarette ralentit la sécrétion de testostérone, provoquant une baisse de la libido. Les spermatozoïdes sont moins nombreux et moins mobiles, ce qui diminue la fertilité. Le tabac altère également l’ADN des spermatozoïdes, augmentant les risques de complications lors de la grossesse et d’anomalies congénitales.

Chez les femmes, le tabagisme provoque des modifications hormonales et réduit la fécondité d’environ un tiers. En moyenne, les fumeuses mettent deux fois plus de temps que les non-fumeuses pour avoir un enfant. L’association de la consommation de tabac à la prise de la pilule contraceptive se traduit par une augmentation importante du risque cardiovasculaire et la survenue possible d’un accident vasculaire cérébral. Elle favorise la formation de caillots, abîme la paroi des vaisseaux et les rétrécit. Les cycles hormonaux de la femme sont parfois perturbés par la cigarette : ils sont plus irréguliers et les règles sont souvent plus douloureuses. De même, la cigarette accélère l’apparition de la ménopause. Le tabac a une action anti-œstrogène qui avance l’âge de la ménopause d’environ 2 ans.

En plus de développer une ménopause précoce, les fumeuses ont les os plus fragiles et sont plus sujettes aux problèmes de décalcification comme l’ostéoporose. Avec l’âge, le tabac augmente également les risques de fractures, notamment du col du fémur. De plus, le tabagisme bouleverse l’équilibre hormonal de la femme, ce qui entraîne une nouvelle répartition des graisses corporelles au niveau du ventre ; un phénomène qui a tendance à s’accentuer avec la ménopause.

Sommeil
La nicotine est une substance excitante qui provoque des troubles du sommeil. La cigarette maintient le corps dans une situation constante d’attente et de manque, que chaque cigarette vient soulager. Cela crée des tensions qui perturbent l’endormissement et le sommeil. De plus, même si l’on semble ressentir un sentiment d’apaisement après une cigarette, la nicotine est en réalité une substance excitante qui accélère le rythme cardiaque et augmente la tension artérielle ; rien de très positif pour le sommeil.

Vous êtes prévenu. Peu importe le nombre d’années de tabagisme, il n’est jamais trop tard pour vous libérer de la cigarette.