Les résultats d’une étude pour évaluer l’impact des lois antitabac introduites en mars 2009 seront présentés le jeudi 31 mai lors d’un atelier de travail organisé par le ministère de la Santé et l’Institut de Santé à Pamplemousses. Le ministère indique que le nombre de cigarettes consommées a diminué, passant de 1,3 milliard en 2009 à 1 milliard en 2011. Le thème retenu cette année pour la Journée mondiale sans tabac est « L’interférence de l’industrie du tabac ».
À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, un atelier de travail est prévu le jeudi 31 mai durant lequel les résultats du International Tobacco Control Policy Evaluation Project seront communiqués. Cette étude a pour objectif principal d’évaluer l’impact des nouvelles législations antitabac introduites en mars 2009. Elle vise aussi à déterminer les effets des initiatives sans tabac dans les lieux publics et de travail et de la publication des images explicites sur les paquets de cigarettes.
L’International Tobacco Control Policy Evaluation Project permet de faire une évaluation du niveau du soutien au programme de renoncement au tabagisme et les facteurs qui influencent les attitudes et comportements liés au tabagisme. Les données recueillies aideront à cerner les principaux facteurs qui déterminent le succès de la lutte contre le tabagisme en vue de mieux orienter l’élaboration et le soutien des stratégies plus élargies en matière de lutte antitabac. Le Mauritius National Report Wave 3 sera aussi lancé lors de l’atelier de travail.
Dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac, le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie prévoit plusieurs activités pour sensibiliser la population aux dangers du tabac pour la santé et à une meilleure compréhension de l’épidémie de tabagisme. La campagne mettra cette année l’accent sur la nécessité de dénoncer et de contrecarrer les « agissements éhontés et toujours agressifs de l’industrie du tabac visant à saper la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ». Outre l’atelier de travail, des campagnes de sensibilisation axées sur un style de vie sain et les effets nocifs du tabac se tiendront dans des établissements scolaires, la communauté et les lieux de travail. Des campagnes agressives seront lancées afin d’informer le public sur le tabagisme qui est l’une des principales causes de décès évitable et entraîne des effets néfastes sur la santé. Sont également prévues des causeries à la radio et à la télévision sur les méfaits du tabagisme et les dispositions de la Convention-cadre de lutte antitabac et les mesures initiées par le ministère de la Santé.
Convention-cadre de lutte antitabac
Maurice a ratifié en mai 2004 la Convention-cadre de lutte antitabac et a, dans cette perspective, initié nombre de mesures. Depuis le 1er juin 2009, les Public Health (Restrictions on Tobacco Products) Regulations 2008, interdisent aux personnes de fumer dans des endroits fermés et lieux publics, institutions éducatives et sportives, discothèques, hôtels et restaurants, et les espaces récréatifs. Cette loi vise à protéger la population contre la fumée du tabac et lutter contre l’épidémie du tabagisme. Afin de sensibiliser les consommateurs sur les effets du tabagisme sur la santé, de les inciter à arrêter de fumer et les dissuader de commencer ou de recommencer à fumer, les emballages de tous les paquets de cigarettes contiennent des mises en garde sanitaires à travers des images explicites, des messages explicatifs et des avertissements illustrant les maladies et les souffrances causées par le tabagisme. Des campagnes de sensibilisation sont aussi organisées régulièrement pour avertir contre les dangers du tabagisme. Le ministère a aussi créé des smoking cessation clinics à travers le pays.
Suite aux efforts déployés, le ministère affirme qu’une baisse dans le nombre de cigarettes consommées a été constatée. Le nombre est ainsi passé de 1,3 milliard en 2009 à 1 milliard en 2011. La Non-Communicable Diseases Survey 2009 démontre qu’à Maurice, la prévalence de fumeurs âgés de 25 à 74 ans se situe à 21,7 % parmi laquelle 3,7 % sont des femmes et 40,3 % des hommes. Quant aux jeunes âgés de 19 à 24 ans, ils représentent 28,5 % des fumeurs, reflétant ainsi le pourcentage le plus élevé de fumeurs à Maurice.