Depuis 2008, les enfants de l’école primaire de Tamarin ont droit à une demi-journée de classe de peinture par semaine. Pour la première fois, ils présentent au public les fruits de cette initiative soutenue par le Bureau de l’Éducation Catholique. Selon les responsables de l’école, depuis que l’art a été introduit dans le programme scolaire, il y a moins de problème d’indiscipline.
Fort de son expérience en tant que formateur de l’Atelier La Pointe Tamarin, l’artiste Jean-Yves L’Onflé a été chargé d’animer les classes de peinture de l’école primaire de la localité. St Benoît RCA est l’une des rares écoles primaires où les enfants peuvent s’y consacrer une demi-journée par semaine. Et l’impact sur la vie scolaire n’a pas tardé à se concrétiser. « Au fil des années, on a remarqué un changement de comportement chez les enfants. Il y a moins de problème d’indiscipline, les enfants sont plus organisés pour leur travail en classe », explique Catherine Grenade, Officer-in-Charge de l’école St Benoît.
Une telle initiative vient de Jean-Jacques Arjoon, artiste connu et président de l’Atelier La Pointe Tamarin. Au départ, il voulait créer une passerelle entre l’école de la localité et l’atelier. Jean-Yves L’Onflé, formateur à l’atelier et habitant de Tamarin, est tout naturellement choisi pour animer ces classes. « Nous avons eu un très bon response du Bureau de l’Éducation Catholique qui a cru dans le projet. Mais cela n’aurait pu se réaliser sans la contribution financière d’Espace Maison et d’Emtel. C’est grâce à leur soutien que nous avons tout le matériel nécessaire pour permettre aux enfants de pratiquer la peinture. »
Trois fois par semaine, Jean-Yves L’Onflé et ses assistants, Éric Laviolette et Mirella Ah-Fock, encadrent les enfants de Std I, II et III, à tour de rôle. « Nous les aidons à s’exprimer et à découvrir leurs talents. Ainsi, même si l’enfant ne travaille pas bien en classe, il est valorisé en découvrant ses talents pour l’art. »
Jean-Yves L’Onflé ne manque pas de souligner, avec une pointe de fierté, que les enfants de l’école St Benoît ont remporté des prix dans des concours de peinture. Ce dernier insiste sur le fait que les cours se tiennent pendant les heures de classe et non après l’école comme c’est souvent le cas. « Cela fait partie intégrante du travail de l’école. »
Ce que confirme également Catherine Grenade, qui avance : « Le BEC a un programme pour le développement intégral de l’enfant. C’est-à-dire, à la fois le développement physique, culturel, émotionnel, spirituel, entre autres et non seulement académique. Les cours de peinture s’insèrent dans cette démarche. »
Depuis peu, l’école a aussi introduit la musique pour les Std II à IV. Sous la houlette de Dylan L’Enflé, les enfants se familiarisent avec la flûte à bec et la guitare. Malheureusement, pour des raisons évidentes, les cours de peinture et de musique ne se prolongent pas en Std V et VI. « Nous devons hélas nous conformer au système. Il y a le CPE et nous devons préparer davantage les grands pour cela. Tout de même, ils ont pu profiter de ce moment dans les petites classes. »
Pour la première fois, les enfants de l’école St Benoît présentent leurs oeuvres. Trente tableaux seront exposés à l’école, du 8 au 10 mars. Cette activité coïncide avec les célébrations de la fête de l’Indépendance. Le vendredi 8, l’exposition est réservée aux institutions scolaires, de 9 h 30 à 16 h. Le grand public pourra, lui, apprécier les tableaux le samedi 9 de 9 h 30 à 16 h et le dimanche de 9 h 30 à 13 h.