Le ministre des Technologies de l’Information et de la Communication Tassarajen Pillay Chedumbrum était présent à la première édition du ICT Excellence Award hier soir à Ébène. Il devait sommer ses détracteurs de mettre un terme à la polémique « déplacée » entourant l’organisation de la soirée.
Hier soir, à Ébène, le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA) ont organisé la première édition du ICT Excellence Award. Le ministre des TIC Tassarajen Pillay Chedumbrum, présent à l’occasion, devait émettre le souhait que « la polémique déplacée (Ndlr : uncalled polemic) entourant l’organisation » de l’événement soit close. Et d’ajouter : « Je désire rassurer toutes les parties prenantes que l’initiative était bien pensée et bien conçue par mon ministère avec le concours du privé comme du public. »
Au Mauricien, le ministre Pillay a expliqué le début de polémique : « Un président de société est venu dire que ce n’était pas du sérieux, qu’on n’avait pas assez de temps pour organiser quelque chose de cohérent et que la cérémonie aurait dû être renvoyée. » Et de réagir : « Bizin aret sa bann rol doner leson, ce n’est pas au ministère d’organiser cette soirée. Ils auraient pu en prendre l’initiative. D’ailleurs, l’argument du manque de temps est irrecevable. Nous savons à quel point il faut savoir agir vite dans un secteur constamment menacé d’obsolescence. »
Certaines lacunes auront néanmoins été notées. Par exemple, les noms des récipiendaires n’étaient pas projetés à l’écran pendant la remise, comme il est d’usage, de quoi semer la confusion. « Bien sûr, there is room for improvement… on aura plus de temps l’année prochaine », admet le ministre Pillay.
Les comptes auront donc été réglés et les parties prenantes « rassurées » par un ministère qui se félicite « d’un travail bien fait et d’un sens du devoir accompli ». Le ministre aura notamment dressé le bilan de 2011, « année historique ». « Grâce à la vision du Gouvernement dirigé par notre Premier ministre Navin Ramgoolam, le secteur a été propulsé au rang de 3e pillier de l’économie avec une contribution au PIB avoisinant 7 %… Mon ministère a notamment été promu de la 20e position à la 12e dans la hiérarchie gouvernementale. Le budget de mon ministère pour 2012 a augmenté de façon significative : plus de Rs 1,1 md contre Rs 675 M en 2011, soit plus de 60 %. »
Le ministre Pillay devait par ailleurs affirmer que « le National ICT Strategic Plan 2011-2014 a créé un nouvel élan pour le secteur ». Selon lui, « les premières récoltes de cette stratégie bien pensée sont les deux baisses successives dans le tarif d’Internet. » L’année 2012 sera, quant à elle, « l’année du broadband (haut débit) ». L’installation du deuxième câble sous-marin fibre optique serait « en bonne voie » et verra bien le jour en 2012.