La roupie mauricienne a maintenu le mois dernier une stabilité face à un panier de devises représentatif de nos échanges commerciaux avec l’extérieur. C’est ce qu’indique le Mauritius Exchange Rate Index (MERI), une mesure des changements intervenant dans les taux de change de la roupie vis-à-vis des monnaies de nos principaux partenaires commerciaux.
Selon le dernier relevé publié hier par la Banque de Maurice (BoM), le MERI-1, reflétant les mouvements des devises de nos plus gros partenaires commerciaux, n’a pas connu d’évolution importante en février, s’établissant à 102 739 points contre 102 738 en janvier 2016. Cette stabilisation intervient après une légère appréciation de la roupie durant les deux mois précédents. Le second indicateur publié par la BoM, le MERI-2, basé à la fois sur la répartition des devises dans nos échanges commerciaux de même que dans nos revenus touristiques, est passé de 101 573 points en janvier 2016 à 101 647 points en février 2016, synonyme d’une appréciation peu marquante de la roupie.
Les données publiées par la Banque centrale concernant le taux de change moyen de la roupie montrent que la roupie a connu un très léger renchérissement vis-à-vis du dollar américain, étant cotée à Rs 36,5459 le 29 février 2016, contre Rs 36,6169 un mois plus tôt. Contre l’euro également, la roupie a progressé, passant de Rs 40,0272 à Rs 39,9219. L’appréciation de notre monnaie a été plus forte contre la livre sterling, soit de Rs 52,5909 à Rs 50,6583. Cependant, contre le yen japonais, de Rs 30,7272 à Rs 32,4432, et le dollar australien, de Rs 26,0734 à Rs 26,1772, la monnaie locale s’est dépréciée alors qu’elle est restée plutôt stable vis-à-vis du rand sud-africain (autour de Rs 2,29).
Par ailleurs, on fait ressortir dans les milieux de la BoM qu’en termes nominaux effectifs, la roupie s’est appréciée de 0,8% entre novembre 2015 et janvier 2016. Mais pour le dernier trimestre de l’année écoulée, le taux de change réel effectif de la roupie face au panier de devises de ses partenaires commerciaux a subi une dépréciation de 1,3%.