Le combat paie ! Elle a mené une très longue résistance – plus d’une dizaine d’années – en refusant systématiquement de s’acquitter d’une taxe qu’elle trouvait injuste. Et, une semaine même avant la présentation du budget national, ses biens immobiliers et commerciaux étaient sous le coup d’une saisie municipale et judiciaire pour non-paiement de la taxe locative (Tenant’s Tax) imposée à sa petite horlogerie sise à Beau-Bassin…
La plus heureuse des commerçants des Villes-soeurs – et, sans doute, de tout le pays à l’heure qu’il est – depuis que le ministre des Finances a prononcé l’abolition de la taxe locative à partir de janvier prochain, est effectivement Molly Arlando. C’est cette dame que Week-End, en faisant le récit de ses turpitudes avec la mairie de Beau-Bassin/Rose-Hill, avait tout récemment appelée « Molly, la résistante ». Et c’est avec raison que, dans un communiqué adressé à la presse vendredi, l’Association des commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill a rendu hommage à cette dame, ainsi qu’à d’autres personnes, pour avoir réussi, à travers leur lutte, à amener les autorités à corriger ce que l’association qualifie de « grosse anomalie ». La taxe locative était un double fardeau dont les commerçants, pour la plupart de modestes entrepreneurs, devaient s’acquitter, et ce, alors qu’ils avaient déjà à payer les propriétaires de leurs locaux.
L’association fait ainsi remarquer que l’abolition de ladite taxe était une de ses principales propositions dans le cadre des consultations pré-budgétaires. « Cette taxe était dénoncée par l’ensemble des commerçants locataires, et était devenue, après les récentes augmentations intempestives des loyers pour les emplacements commerciaux, un très lourd fardeau à supporter », soutient l’association.
Le président de l’association, Prakash Permala, estime ainsi que « l’abolition pure est simple de la taxe à partir de janvier 2012 va permettre aux nombreux commerçant locataires de pouvoir continuer à opérer, malgré les conjonctures économiques difficiles et la concurrence qui se fait de plus en plus rude, avec l’implantation de nombreux centres commerciaux à travers l’île ». M. Permala rappelle dans le communiqué que « le souci majeur, en sus des nombreuses imperfections de la taxe locative, était de réduire autant que possible les coûts d’opération des petits commerces ». Et, dans le même souffle, l’association des commerçants avait également plaidé en faveur d’une nouvelle classification des petits commerces, de façon à ce que leurs tarifs d’eau, d’électricité et de téléphone tombent dans la catégorie « domestique » plutôt que « commerciale », afin de donner un coup de pouce aux petites et moyennes entreprises (PME).
Bien que n’ayant pas obtenu gain de cause pour l’intégralité de ses demandes, l’Association des commerçants de Beau-Bassin/Rose-Hill estime devoir « féliciter le ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, pour avoir aboli la taxe locative ». Ce qui est déjà, du point de vue de ses membres « une courageuse prise de décision dans un contexte économique difficile ». L’association se déclare également redevable au maire des Villes-soeurs, Norbert Froget, dont le soutien a été jugé « indispensable pour faire abolir la taxe ».