Le président du conseil d’administration de la Mauritius Revenue Authority (MRA), Vasdev Hassamal, a déclaré ce matin, lors d’un séminaire regional sur l’échange d’information en matière de taxation, que celui-ci a toujours été une source d’inquiétude pour les administrateurs de la taxe. Cependant, il a dit observer depuis les récents mois, un intérêt accru de la part des leaders politiques de par le monde à l’échange d’information comme un outil pour augmenter la collecte des taxes en cette ère de récession économique mondiale.
Vasdev Hassamal a rappelé le dernier sommet des G8 où les leaders des huit économies les plus riches au monde ont pris l’engagement d’établir des échanges automatiques d’informations entre les différentes autorités dans le but de faciliter la tâche des gouvernements à la recherche des « tax evaders ». « Parallèlement, les États-Unis a voté la Foreign Account Tax Compliance Act qui oblige les institutions financières étrangères à collecter et à rapporter des informations au sujet des investissements américains aux autorités américaines », a-t-il dit.
Selon lui, la lutte contre l’évasion fiscale n’est pas la seule responsabilité des autorités. « Elle concerne nous tous et cette lutte ne sera gagnée si seulement chacun de nous coopère dans l’établissement d’un mécanisme effectif de partage et d’échange d’informations », a-t-il déclaré. M. Hassamal a dit que la création de la MRA comme un seul corps dans l’administration de la taxe pour le gouvernement mauricien, a assuré un flot libre d’informations entre les différents départements, particulièrement ceux des douanes et des impôts. Il a ajouté que la MRA a approfondi durant les dernières années ses sources d’informations à partir des entités gouvernementales et du secteur privé.
Le président de la MRA a également parlé de la mondialisation qui fait que les agences de collecte des revenus de l’État sont appelées à opérer « sans frontières » et à échanger des informations entre elles. « Les accords de Double Taxation Avoidance Agreement que Maurice a signés avec 38 pays contiennent des clauses pour l’échange d’informations », a-t-il dit.
Cet atelier de trois jours, dont le coordonnateur principal est Stephen Mendes, conseiller de IMF Afritac (South), réunit une trentaine de participants de la région. Il prendra fin jeudi.