Le ministre du Tourisme, Anil Gayan, a eu une réunion de travail hier avec les chauffeurs de taxi, les hôteliers et les tour-opérateurs en vue de trouver une solution sur l’épineux problème du transport des touristes. La Federation of Hotels Taxis Association (FHTA), qui avait organisé une opération escargot il y a deux semaines, réclame l’application de la décision du gouvernement de mettre en place un comptoir de taxis dans les hôtels. Hier, les différentes parties sont tombées d’accord sur la mise en place d’une plateforme de réservation de taxis en ligne.
Une plateforme de réservation de taxis en ligne sera sous la responsabilité de la Tourism Authority. La proposition, déjà faite par Anil Gayan par le passé, avait été rejetée. Toutefois, les trois représentants des taxis d’hôtels – à savoir la FHTA, la General Taxi Owners Union et la Taxi Proprietors Union – sont tous tombés d’accord hier sur ce principe. Le ministre du Tourisme a expliqué qu’il y a une injonction et une demande de “judicial review”, empêchant l’aménagement d’un comptoir de taxis dans les hôtels, comme préconisé par le Conseil des ministres.
En attendant, il a suggéré la mise en place d’une plateforme en ligne pour permettre aux chauffeurs de taxi de travailler. « En même temps, cela permet de moderniser le service. Cette plateforme sera gérée par la Tourism Authority. » Toutefois, ce consensus ne signifie pas que le problème soit réglé pour autant. « Nous relançons la discussion avec un groupe plus restreint, regroupant les différents partenaires, pour le bien de l’industrie du Tourisme. »
Raffick Bahadoor, de la Taxi Proprietors Union, et Ashraf Ramdin, de la General Taxi Owners Union, se disent tous deux satisfaits de cette proposition d’Anil Gayan. Tout en acceptant également cette idée, Yashpal Murrakhan, président de la FHTA, précise toutefois : « La plateforme de réservation en ligne est la seule décision que nous acceptons pour le moment. Il y a encore beaucoup de choses à revoir. Notre combat continue. »
Il dit regretter que le ministre du Transport, Nando Bodha, n’ait pas participé à cette réunion car plusieurs points restaient à éclaircir à son niveau. « Les décisions du Cabinet avaient été prises en présence de Nando Bodha et plusieurs autres ministres concernés par l’industrie du tourisme. Nous avons toujours insisté pour définir les paramètres de chaque “stakeholder”, c’est-à-dire les “contract cars”, les taxis opérant dans les hôtels et ceux en dehors, ainsi que les “contract bus”. »
De son côté, Fabien Lefébure, de l’Association of Inbound Operators of Mauritius, a avancé que « c’est l’intérêt du secteur du tourisme qui doit primer dans les discussions et non pas les intérêts partisans », ajoutant : « En tant qu’opérateur économique, nous pensons qu’il ne faut pas perdre de vue l’objectif national. »